« À la première lecture, on se dit que ce projet de loi ne contient pas grand-chose […] mais à bien y regarder, il comprend quelques ‘poison pills’ […]. Sur la gouvernance par exemple, l’introduction d’une potentielle présidence bicéphale, avec un président du conseil d’administration et un président du conseil académique [ou le fait] que le projet de loi livre les clés de l’université aux organisations syndicales et à l’Unef. »

Patrick Hetzel, député UMP du Bas-Rhin, AEF, 13/05/2013.