Des groupes de travail pourraient être organisés « courant mai afin de régler au mieux les situations individuelles difficiles » concernant les permutations des enseignants du 1er degré, a annoncé lundi le ministère de l’Education nationale au Snuipp-FSU.

Résultats « catastrophiques » dans le premier degré

Le syndicat avait alerté en mars dernier le ministère sur les résultats « catas­tro­phiques » des permutations 2013 dans le premier degré. Il avait notamment pointé du doigt le faible taux de satisfaction des demandes de permutations pour rapprochement de conjoints : 39,25 % en 2013 contre 46 % en 2012.

Dans un courrier de réponse adressé à Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp-FSU, Bernard Lejeune, directeur adjoint du cabinet du ministre de l’Éducation nationale, a confirmé que « les premières données issues du mouvement montrent que les résultats sont globalement favorables dans le second degré mais que le taux de satisfaction est en baisse dans le premier degré« . Selon lui, ce résultat est « lié à l’augmentation du nombre de postes au concours de professeur des écoles« .

Priorité aux enseignants handicapés et aux enseignants séparés de leur conjoint

Bernard Lejeune a indiqué avoir « demandé à la DGRH de tenir des groupes de travail courant mai afin de régler au mieux les situations individuelles difficiles, notamment celles concernant les enseignants handicapés et les enseignants séparés de leur conjoint depuis plusieurs années et sur une longue distance ».

Dans un communiqué, le Snuipp-FSU a fait savoir qu’il « portera la volonté de résoudre le plus grand nombre de situations possibles » et « continuera d’agir aussi lors des phases d’ineat-exeat dans les départements et pour des améliorations significatives lors des prochaines phases nationales ».