Un projet de protocole d’accord entre le ministère de l’Education nationale et les syndicats, dévoilé hier par le Se-Unsa, fixe le cadre des négociations sur les mesures catégorielles concernant les personnels de l’Education, particulièrement celles concernant l’indemnité et l’accès à la hors-classe des professeurs des écoles.

Rééquilibrage des rémunérations entre PE et professeurs du secondaire

Ce document identifie le « rapprochement des niveaux de rémunération et des perspectives de carrière des corps de professeurs des écoles, certifiés, PEPS, PLP, CPE » comme l’un des axes de travail « prioritaires » du Gouvernement. Le ministère prévoit notamment d’étudier « la création d’une indemnité au bénéfice des enseignants du premier degré visant à reconnaître des missions qu’ils accomplissent au titre du suivi et de l’évaluation des élèves », ainsi que la mise en place d’une « convergence des taux de promotion à la hors-classe de ces corps ». Selon Christian Chevalier, du Se-Unsa, ces mesures devraient prendre effet dès l’année scolaire 2013-2014. « La dis­cus­sion qui devrait s’ouvrir aux alen­tours du 15 mai va per­mettre de déter­mi­ner les mon­tants des mesures et sur­tout leur mon­tée en charge au regard de la conjonc­ture économique », a-t-il précisé.

Des mesures financées dans le cadre de l’enveloppe catégorielle

Deux autres axes de travail sont définis par le projet de protocole d’accord. D’abord la  « refonte des grilles [de salaire] des personnels de la catégorie C« , accompagnée d’un « travail approfondi » sur « la situation des enseignants non-titulaires« . Ensuite, la « valorisation des parcours professionnels« , avec la « création de grades d’avancement » pour certains corps de catégorie A et l’amélioration de « la mobilité entre les corps d’encadrement ».

« Ces axes de travail feront l’objet d’une déclinaison annuelle dans le cadre de l’enveloppe catégorielle du ministère de l’Education nationale », précise le document.

« En ayant ce pro­to­cole d’accord, on sanc­tua­rise les enga­ge­ments qui y sont ins­crits », a affirmé Laurent Escure, de l’Unsa Education, notamment sur « les deux prio­ri­tés de l’Unsa: les plus faibles rému­né­ra­tions et l’équité entre enseignants ».