EPS : « Certains pensent que le prof n’est là que pour amuser les élèves »

Proche des élèves, mais un peu à part au sein de l’équipe pédagogique, le professeur d’éducation physique et sportive joue pourtant un rôle crucial dans l’éducation.

Charles Vétois

Charles Vétois

La discipline la plus difficile à enseigner, au collège ? « La gymnastique », répond sans hésiter Charles Vétois, professeur d’EPS au collège La Bruyère Sainte Isabelle, dans le 14ème arrondissement de Paris. « En gym, les risques de blessures sont élevés et comme les élèves sont répartis sur plusieurs ateliers, il faut avoir un œil partout. Je suis vigilant : pas question que les élèves sautent sur le trampoline sans matelas autour. Une mauvaise réception et c’est l’entorse assurée », explique ce jeune professeur de 28 ans.

Dans son collège, les sports enseignés sont variés : gymnastique, donc, et aussi natation, tennis de table, basket-ball, ultimate (frisbee), tir à l’arc, course d’orientation. Charles Vétois encadre cinq classes, de la 6ème à la 3ème. Il a 20 heures effectives de cours par semaine, plus six heures de préparation.

Une relation privilégiée avec les élèves

Les professeurs d’EPS entretiennent souvent une relation privilégiée avec les élèves. « En cours d’éducation physique et sportive, les élèves sont détendus, plus ouverts qu’en classe, admet Charles Vétois. On a plus d’interactions et quand on se déplace pour aller au parc ou à la piscine, il arrive qu’un élève vienne me dire que ça ne va pas chez lui, qu’un autre, rejeté, m’exprime sont mal-être. Je suis à l’écoute », explique-t-il.

Etre proche de ses élèves et transmettre sa passion pour le sport, c’est ce que ce professeur apprécie le plus. Il déplore néanmoins que l’EPS ne soit pas toujours considérée à sa juste valeur. « L’EPS est une matière sérieuse, au même titre que le français ou les mathématiques », précise l’enseignant.

Des séances soigneusement préparées

Or, certains élèves considèrent leurs trois heures de cours hebdomadaires (quatre, en 6ème) au mieux comme de la détente, au pire comme une corvée. « Pour motiver les moins sportifs, je consacre 4 points sur 20 à l’investissement de l’élève, à chaque bulletin trimestriel. Au sein de l’équipe pédagogique aussi, certains enseignants pensent que le prof d’EPS n’est là que pour amuser les élèves, leur donner des ballons… Ils ne voient pas le travail qu’il y a derrière. » Certes, il n’a pas de copies à corriger, mais il doit construire soigneusement chaque séance.

« Quand on pratique le basket-ball, par exemple, je consacre les deux-tiers du cours à des situations d’apprentissage – le drible, le double pas, l’attaque, par exemple – et la fin, au jeu. Mon rôle est de transmettre mon savoir aux élèves, de les aider à progresser », affirme-t-il. Mais cela va bien au-delà : « Les sports collectifs développent l’esprit d’équipe. Les élèves apprennent à respecter leurs adversaires, à savoir perdre ou à rester humble quand ils gagnent », énumère Charles Vétois. De vraies valeurs pour avancer dans la vie.

Partagez l'article

3 commentaires sur "EPS : « Certains pensent que le prof n’est là que pour amuser les élèves »"

  1. Auré  26 avril 2013 à 16 h 28 min

    Aux profs d’EPS : faites aimer le sport aux élèves qui ne l’aiment à priori pas. Je n’ai jamais été un sportif, je n’aimais pas trop ça le sport, et les profs d’EPS que j’ai rencontrés dans ma scolarité ont toujours montré leur attachement à ceux qui aimaient le sport. Alors, moi, ils m’ont encore plus éloigné du sport (le sport c’était pour les sportifs, les autres on s’en occupait peu), que j’ai tout simplement détesté. Je n’aimais pas aller en cours de sport, où c’était la loi du plus fort qui fonctionnait, où on était relégué à l’arrière quand on faisait foot (d’ailleurs dans ces conditions, à quoi sert le foot en EPS, je me le demande encore ?).
    J’aurais aimé avoir des profs d’EPS qui m’expliquent l’intérêt du sport, qui me le fassent aimer, et qui vous valorisent…Signaler un abus

    Répondre
  2. Il Rève  28 avril 2013 à 7 h 28 min

    Charles Vétois. Collège La Bruyère Sainte Isabelle. Professeur d’EPS. Mais pourquoi un tel article. Le fresbee et le tir à l’arc ne sont pas au programme d’EPS et faire jouer en fin de leçon n’a jamais permis aux élves d’apprendre malgré l’acharnement à construire préalablement des situations d’apprentissage.
    D’un vieux prof, jeune retraité.Signaler un abus

    Répondre
  3. AUSSET Jean-Marc  20 mars 2018 à 11 h 05 min

    MANIFESTE EN FAVEUR DE L’EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE

    L’E.P.S: une discipline moderne d’enseignement :

    Parmi les disciplines d’enseignement, L’E.P.S s’affiche comme une des plus riches en matière éducative. Empruntant aux diverses matières scientifiques que sont l’anatomie, la physiologie, la bio-mécanique, les neuro-sciences, la psychologie ou la sociologie, elle s’est dotée d’outils adaptés à sa mission:
    faire émerger et développer de façon optimale les potentialités de chaque élève.

    L’E.P.S: une discipline au large spectre éducatif :

    S ‘adressant à chaque élève en tant qu’individu (lat: individuum = corps indivisible) par la médiation de son corps, l’E.P.S sollicite ainsi, non seulement ses ressources physiques mais tout autant celles qui relèvent de son intelligence, de son affectivité ou de sa volonté et, au sens large de sa culture.
    Elle participe donc activement à son adaptation au milieu physique et humain dans lequel il évolue .

    L’E.P.S: une discipline indispensable et incontournable :

    En effet, elle s’adresse à des enfants qui vivent de profondes transformations physiques et physiologiques (morphologie, hormones) qui ne sont pas sans les affecter sur le plan psychologique, affectif relationnel et par conséquent dans leur réussite scolaire.

    L’E.P.S: quelques- unes de ses actions, en bref :

    -Favorise le développement corporel :
    Renforcement musculaire nécessaire avec la croissance squelettique.
    Adaptation cardio-respiratoire.
    Coordination générale et spécifique.
    Sollicitation des facteurs perceptifs (vision périphérique par ex.)

    -Favorise les processus cognitifs et décisionnels :
    Analyse des données des situations motrices proposées, recherche des stratégies les mieux adaptées, choix d’action et évaluation des résultats, réajustement pour plus d’efficacité.

    -Favorise la maîtrise de soi par une meilleure gestion de ses émotions dans des situations d’opposition ou de conflit latent.
    -Favorise la gestion des relations à l’autre par l’apprentissage des différences, le respect d’autrui et parfois l’acceptation de soi- même.

    -Favorise la découverte des facteurs contribuant au maintien de la santé au travers des principes de préparation à l’activité physique, de la bonne gestion de ses efforts, du non usage des matières dopantes, etc….

    -Favorise l’accès aux notions de sécurité par l’évaluation des risques et le développement des facteurs perceptifs.

    -Favorise la découverte de la notion de citoyenneté, des droits et des devoirs, du respect des règles et de l’autorité.

    -Favorise l’épanouissement culturel par la découverte des différentes activités sportives , de leur histoire aussi bien que des techniques auxquelles elles font appel.

    -Favorise enfin le goût de l’effort, le sens de l’engagement, du fair-play ainsi que du courage physique et moral.
    Il est évident que les bienfaits de l’E.P.S ne sauraient se résumer à ce bref aperçu qui cependant donne une idée de l’enjeu de cette discipline.

    Jean-Marc AUSSET professeur d’EPS Hors classe , retraité

    Un clin d’oeil amical et encourageant à ce jeune collègue.Signaler un abus

    Répondre

Laisser un commentaire à Il Rève Annuler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.