Remplacement d’enseignants : la réforme des rythmes scolaires va compliquer le dispositif (Peillon)

Le ministre de l'Education nationale a indiqué hier lors d'un déplacement dans le Val-de-Marne que la réforme des rythmes scolaires dans le primaire compliquera "très clairement" les procédures de remplacement des enseignants du premier degré.

Vincent Peillon a reconnu hier lors d’un déplacement dans le Val-de-Marne que le retour à la semaine de 4,5 jours dans le primaire allait compliquer le dispositif de remplacement des professeurs des écoles.

Le remplacement compliqué par la réforme des rythmes scolaires

A une enseignante qui lui demandait si le remplacement des professeurs des écoles ne serait pas plus difficile à la rentrée 2013 avec la mise en oeuvre de la semaine de 4,5 jours, Vincent Peillon a répondu que cela sera « très clairement » le cas. « C’est pour ça que je souhaitais que toutes les communes passent à 4,5 jours la même année« , a-t-il indiqué, au cours d’une table ronde avec des élus, IEN, parents d’élèves, enseignants et membres de la DSDEN, en présence de la rectrice de Créteil Florence Robine. Le ministre a précisé qu’il installera « la semaine prochaine le comité de suivi de la réforme« . « Nous allons découvrir des choses formidables mais aussi des difficultés. L’année prochaine ne va pas être simple pour l’administration », a-t-il renchéri.

Réflexions sur l’amélioration des procédures de remplacement

Les participants à la table ronde ont également échangé sur les pistes d’évolution du dispositif de remplacement des enseignants, dont le ministre a reconnu qu’il fallait « améliorer les procédures », notamment en Seine-Saint-Denis. Pour un directeur d’école élémentaire de Cachan, « un bon moyen serait d’affecter des enseignants en formation sur un groupe scolaire pendant un temps dédié ». Une solution qui « fait peur » aux parents, a selon une représentante de la FCPE. « Un stagiaire ne connaît pas encore véritablement son métier », a-t-elle expliqué.

1 000 postes de remplaçants à la rentrée 2013, dont la majorité affectés à Créteil

Vincent Peillon a affirmé qu’il y avait « un vrai sujet de réflexion sur le maître remplaçant« , ses « conditions de travail » et son « statut dans les écoles« .

Il a d’ores et déjà annoncé la création de 1 000 postes de remplaçants à la rentrée 2013, dont une partie de la répartition est déjà connue. L’académie de Créteil récolte 119 postes pour le premier degré : 60 pour la Seine-Saint-Denis, 22 pour le Val-de-Marne et 37 pour la Seine-et-Marne. Dans le second degré, l’académie obtient 115 postes. Versailles obtient 78 postes pour le premier degré, Bordeaux 75 postes pour le second degré et Lyon 81 postes.

Source(s) :
  • AEF

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.