Nicolas Sadirac : « l’école 42 n’a pas été créée pour Free »

Xavier Niel, fondateur d’Illiad-Free, a annoncé il y a quelques jours la création d’une école gratuite censée faire émerger "des centaines de génies" de l’informatique. Entretien avec Nicolas Sadirac, directeur général de l'école "42" et ancien directeur de l’Epitech.

Nicolas Sadirac

Nicolas Sadirac

En quoi la nouvelle école d’informatique 42 se distingue-t-elle des autres ?

Nous sommes en train de proposer quelque chose de nouveau, une formation révolutionnaire baptisée 42  permettant à tous les jeunes, sans préjugé sur leurs capacités, de venir se former au métier de développeur informatique. Cette école est entièrement gratuite, Xavier Niel la finance à titre personnel, pour permettre de trouver les génies de l’informatique sans discrimination sur leurs études précédentes, pourvu qu’ils aient du talent.

Combien de temps durera la formation et comment s’organisera-t-elle, avec quels enseignants ?

La formation va durer de trois à cinq ans selon les profils de chacun. La pédagogie fonctionne en mode peer-to-peer : la plus grosse partie du processus d’enseignement se fait en travaillant en groupe sur des projets et en confrontant les points de vue. L’apprentissage se fait par la pratique. Ce n’est pas une école où on assiste à des cours en amphi !

Pourquoi dites-vous que le système français ne fonctionne pas. Aucune formation informatique n’est, selon vous, à la hauteur ?

Quand chaque année des milliers de jeunes se retrouvent en dehors du système traditionnel parce que le système classique ne leur convient pas, quand d’autres sont obligés de s’endetter sur plusieurs années auprès d’écoles privées pour pouvoir débuter ou continuer leurs études, alors non, le système français ne joue pas vraiment son rôle. Nous devons changer cela, à commencer par son mode d’apprentissage.

Vous avez annoncé que l’école sera « ouverte à tous », or l’inscription n’est accessible qu’aux 18-30 ans. Que faites-vous des plus de 30 ans et des seniors ?

42 se concentre effectivement d’abord sur les 18-30 ans. Nous pensons aux autres personnes avec attention, mais nous avons dans un premier temps déjà beaucoup à faire.

Quelles sont les retombées pour Free ?

42 n’a pas été créée pour Free. Je pense que l’intérêt de 42 dépasse une seule personne pour toucher l’ensemble des entreprises françaises du numérique. La France est la 5e puissance économique mondiale mais la 20e du côté de l’économie numérique. 450 000 emplois seront à pourvoir en France dans le numérique. En formant 1000 jeunes par an, nous allons permettre à de nombreuses entreprises de se développer et par conséquent de bénéficier à l’ensemble du secteur.

Vous dites que l’on peut être en échec scolaire, ne pas avoir le bac, et devenir un développeur brillant. Croyez-vous vraiment que ce soit possible sans connaissances fondamentales en mathématiques ?

Oui ! Les mathématiques sont un outil pour progresser en informatique. Il n’est pas nécessaire de savoir assembler un moteur à combustion pour pouvoir conduire une voiture. De la même façon, on peut appliquer des théorèmes complexes pour augmenter l’efficacité d’un programme informatique sans pour autant les démontrer à l’aide de connaissances fondamentales !

Quelle sera la valeur du diplôme, s’il n’est pas reconnu par l’Etat et quelle liberté les étudiants auront-ils d’aller travailler ailleurs que chez Free ?

Avec 42, nous voulons former les meilleurs développeurs informatiques et faire émerger les talents. La valeur au bout du cursus des étudiants ne va pas être déterminée par l’Etat mais par les entreprises qui vont les recruter. Ce sera leur meilleure preuve de succès : la confiance du secteur de l’économie numérique. Ils ne seront bien évidemment pas liés à Free puisque cette école n’a aucun lien direct avec Free. Les premiers échos que nous avons eu de la part des entreprises sont unanimes : les premiers étudiants de 42 sont attendus avec impatience !

Partagez l'article

Google

3 commentaires sur "Nicolas Sadirac : « l’école 42 n’a pas été créée pour Free »"

  1. Baron  13 avril 2013 à 12 h 49 min

    Bonjour,
    Vous prenez des jeunes âgés de 18 à 30 ans.
    De quel diplôme doit être titulaire le futur étudiant ?
    Comment vérifiez vous la motivation du futur étudiant ?
    En effet, au cas où l’étudiant ne va pas au bout des 3 années d’études, et qu’il décroche…
    Comment faites-vous pour financer ces 3 années ?
    À vous lire.
    Salutations.Signaler un abus

    Répondre
  2. Paul75  13 avril 2013 à 16 h 19 min

    Xavier Niel, Nicolas Sadirac, Stéphane Boukris & Co se leurrent complètement et leurrent les médias : le chômage des informaticiens en France est actuellement au plus haut depuis 2005 avec 36 000 demandeurs d’emploi dans la profession, soit environ 7% de taux de chômage (sources : DARES), un nombre qui a DOUBLE depuis le début de la crise en 2008 ! Faites une petite recherche sur Google et auprès des sources qualifiées (ex. Pôle Emploi et syndicats, pas seulement les sources patronales ou les cabinets de recrutement n’est-ce pas…) et vous verrez bien.
    De plus, on forme suffisamment d’informaticiens en France (environ 20 000 chaque année) par rapport aux véritables besoins de la profession (moins de 15 000 créations nettes d’emploi / an).
    Il n’y a que les « illuminés » comme M. Niel (qui n’est plus qu’un magnat de la com…), les « marchands de viande » (SSII qui recrutent de façon hyper sélective – JEUNES bac+5 moutons à 5 pates – avec leur lobby le Syntec et les cabinets de recrutement qui travaillent pour eux…), certaines écoles privées (ex. Epitech, qui ont tout intérêt à avoir un maximum de candidats…) et les « journalistes » incompétents (qui ne savent que répéter les bobards patronaux…) pour parler de pénurie d’informaticiens (au sens large) en France.
    Après, qu’il y ait des difficultés de recrutement sur certains profils, c’est tout à fait logique sur un marché du travail aussi spécialisé et évolutif : l’informatique ce sont des dizaines de métiers différents et des centaines voire milliers de compétences différentes… c’est quand-même pas difficile à comprendre !Signaler un abus

    Répondre
  3. GAIDEN KILLER  13 mai 2013 à 12 h 28 min

    Bonjour,
    Je voulais savoir si pour les étudiant étranger il y a moyen de faire des tests en ligne ? Par exemple moi je suis au SENEGAL et j’aimerais m’inscrire donc je voulais savoir si c’est possible ??
    Et j’aimerais aussi savoir, quand vous dites « un bon niveau en informatique », sur quelle mesure se baser pour déterminer un tel niveau, par exemple pour des personnes novices qui ne connaissent pas beaucoup de choses mais qui auront l’envie d’apprendre car ils savent déjà qu’ils peuvent réussir… Je voulais donc savoir sur quel critère vous vous basez pour accepter les étudiants : sur leur niveau en informatique ? ou sur leur envie d’apprendre ?
    ou autre ??Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.