Dans un billet publié sur un blog du Monde, Paul-Henri Giraud, professeur d’université et membre du jury du CAPES d’espagnol, fustige le projet du nouveau Certificat d’Aptitude au Professorat de l’Enseignement du Second degré (CAPES) élaboré par le gouvernement.

Il y dénonce l’abaissement de la part disciplinaire à 1 sixième de la note finale d’admission, permettant ainsi à un candidat qui récolte une mauvaise note dans sa matière de spécialité d’obtenir quand même le concours s’il se débrouille bien dans d’autres épreuves. « Ainsi un candidat qui obtiendrait 0/20 dans sa matière de spécialité pourrait parfaitement devenir professeur d’anglais, de philosophie, de mathématique ou d’histoire, du moment qu’il saurait réciter dans l’ordre la liste des ‘compétences’ pédagogiques et administratives inculquées par l’ESPE », déplore-t-il, craignant que les futurs enseignants soient « des ignares dociles ».