Jeunes en souffrance : une psy en ligne pour aider les profs

Face à l’échec scolaire, les enseignants parisiens disposent depuis deux ans d’une écoute téléphonique, avec une psychologue au bout du fil.

Dominique Monchablon (à gauche) et Catherine Brébant (psychologue)

Dominique Monchablon (à gauche) et Catherine Brébant

Une copie avec un aveu de suicide, un comportement étrange, une exclusion d’élève à gérer… Autant de situations délicates auxquelles les enseignants peuvent être confrontés. Depuis septembre 2011, le dispositif Fil Harmonie permet aux personnels des lycées et collèges (pour les élèves de 3ème) de l’Académie de Paris de mieux appréhender les situations de « désamour scolaire », pouvant conduire au décrochage scolaire.

Le besoin s’est exprimé dès 1994, lorsque Dominique Monchablon, psychiatre, a créé le Relais étudiants lycéens 75 de la Fondation Santé des Etudiants de France (FSEF). Cette structure de consultations psychologiques et pédagogiques est ouverte aux jeunes de 14 à 25 ans et à leur famille. « Très rapidement, nous avons été contactés par des infirmières scolaires, des CPE et quelques enseignants qui ne savaient pas vers qui se tourner pour aider les jeunes en difficulté », explique le Dr Monchablon. « Nous avons donc proposé un lieu d’écoute et de réflexion aux professionnels de l’éducation. »

Des personnes isolées

Catherine Brébant, psychologue clinicienne, répond aux appels et le Dr Monchablon supervise son évaluation : « je laisse le professionnel s’exprimer, c’est important qu’il mette des mots sur ces situations difficiles », indique Catherine Brébant, « très souvent, j’encourage à faire un lien avec l’infirmière scolaire, le professeur principal et la direction ». Selon le Dr Monchablon, l’isolement des personnels reste problématique : « nous avons du mal à toucher les enseignants. Ils sont en première ligne et pourtant ils cherchent d’abord à résoudre les problèmes eux-mêmes, quitte à se replier sur leur mission première : la transmission des connaissances. L’idée c’est de leur donner la possibilité de mener une réflexion avec un tiers, sans tout psychiatriser. Si un ado est triste, il ne s’agit pas de s’affoler mais de prendre du recul, de voir si les résultats scolaires sont en chute libre. Le dénominateur commun c’est l’absentéisme. »

Pour contacter Fil Harmonie

Tél. 01 53 60 83 68

Lundi 14h – 18h

Mercredi 9h – 13h30 et 14h – 18h

Vendredi 9h – 13h

« Pas de mauvais appels »

Si Catherine Brébant insiste pour dire qu’il n’y a « pas de mauvais appels », elle s’impose quelques règles de conduite : toutes les données sont anonymes et elle n’échange jamais directement au téléphone avec le jeune. « Le professionnel reste le gestionnaire. Mon rôle est de lui faire une proposition pour régler le problème si possible au sein de l’établissement, ou d’orienter le jeune vers une structure éducative ou de soin adaptée », ajoute la psychologue, « le cas échéant, je peux conseiller sur le ton à adopter pour enclencher une discussion avec les parents. »

C’est d’ailleurs le fait surprenant, après un an de fonctionnement de Fil Harmonie : dans 42% des appels, la famille n’a pas été contactée pour tenter de dénouer les difficultés. « Elle est une ressource indispensable qui n’est pas suffisamment sollicitée », estime Catherine Brébant, « cela s’explique souvent par un contrat moral passé entre l’élève et le professionnel, qui a promis de ne pas contacter les parents et qui se retrouve face à un conflit de loyauté ».

Le dispositif, déployé par la FSEF, avec le soutien du Rectorat de Paris et le financement de la Fondation Deniker et de l’ARS d’IdF, a été sollicité par 47 professionnels pour 63 « dossiers » en 2011-2012. Une réflexion est en cours pour étendre son champ d’action à toute l’Ile-de-France.

Partagez l'article

Google

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.