Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a été interrogé samedi, dans l’émission France Info Junior, par trois enfants de CM2 sur la réforme des rythmes scolaires.

Une réforme « difficile à faire »

« Tout le monde manifeste en ce moment, vous êtes le seul à être pour cette réforme », a notamment souligné une écolière. Le ministre a rétorqué que c’était « plutôt l’inverse ». « D’abord tout le monde ne manifeste pas, sinon ce serait ennuyeux, a-t-il répondu. Cette réforme a été voulue par tout le monde mais elle est très difficile à faire […] parce qu’elle change toutes nos habitudes, pour les parents, les élèves, les professeurs. ». Mais « on veut la faire parce qu’on sait que c’est l’intérêt des élèves », a-t-il affirmé.

A un autre enfant lui demandant « pourquoi toutes les villes n’appliquent pas la réforme en septembre » 2013, Vincent Peillon a assuré que c’était « parce qu’elle est difficile à mettre en place ». « La réforme est arrivée, peut-être, un petit peu tard, il faut se réorganiser y compris sur les transports », a reconnu Vincent Peillon. précisant qu' »à la campagne, les enfants […] ne viennent pas à pied en 5 min, parfois l’école est un peu loin ».

Du « meilleur temps pour apprendre »

L’un des enfants a également interrogé le ministre sur l’utilité de la demi-journée de travail supplémentaire. Vincent Peillon a indiqué que ce serait « du meilleur temps pour apprendre ». « C’est mieux [de] faire du français, des mathématiques […] à 10h30 le mercredi matin qu’à 16h n’importe quel jour de la semaine, parce que vous êtes plus attentifs », a-t-il déclaré.

Enfin, un écolier s’est inquiété de ce qu’il allait faire « entre midi et deux ». « D’abord tu vas manger, ça c’est très important ! a plaisanté le ministre. Après on peut faire des tas de choses, [comme] s’initier à la peinture ». Les activités iront « vers des domaines culturels […], peut-être aussi des domaines sportifs, ça peut être aussi de la culture scientifique », a expliqué le ministre.  « Il faut aussi que vous vous reposiez, que ces moments soient des moments de détente. Pour qu’après vous retrouviez de l’énergie pour être plus attentifs dans les cours de l’après-midi ».

Le ministère de l’Education nationale a indiqué vendredi que 20 à 25 % des élèves de primaire reviendront à la semaine de 4,5 jours à la rentrée 2013. Selon le Snuipp-FSU, 22,3 % des écoliers seront concernés par l’application de la réforme dès 2013.