Selon le ministre Vincent Peillon, ce n’est pas au ministère de l’Education nationale de faire entrer l’innovation à l’école, mais aux professeurs.

Il a indiqué que ce n’était « pas au minis­tère d’enjoindre aux ensei­gnants d’innover », soulignant qu’il fallait leur « faire confiance ». Et « ceux qui innovent doivent savoir qu’ils peuvent comp­ter sur nous », a-t-il précisé.

Le ministre a en outre signalé que la refondation de l’école était d’abord « une refon­da­tion péda­go­gique », estimant qu’il fallait « orga­ni­ser la ren­contre de l’innovation et de l’institution ».

Vincent Peillon clôturait hier la 3e édition des Journées de l’innovation organisées par le ministère de l’Education nationale en partenariat avec l’Unesco.