Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur, a indiqué avoir validé l’élection de Frédéric Mion à la tête de Sciences Po Paris.

Aucune matière à contestation selon Fioraso

« Il va être nommé d’ici la fin de la semaine. J’ai signé […], le pré­sident de la République est en cours de signa­ture », a-t-elle indiqué lors d’une conférence de presse hier.

L’élection de Frédéric Mion par les Conseils de Sciences Po avaient suscité de vives critiques, notamment parce que le secré­taire géné­ral de Canal+ n’est pas un universitaire. Mais pour Geneviève Fioraso, il n’y a « aucune matière à contes­ta­tion ». De même, pour Jean Gaereminck, administrateur provisoire de l’établissement la pro­cé­dure de nomination « s’est dérou­lée exac­te­ment comme prévu dans les conseils ».

Entrée en fonction le 2 avril

L’entrée en fonction de Frédéric Mion est prévue pour le 2 avril, soit un an après le décès du précédent directeur de Sciences Po Paris, Richard Descoings.

Frédéric Mion est un ancien élève de l’IEP Paris, major de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA). Il a été auditeur puis maître des requêtes au Conseil d’Etat jusqu’en 2000, a intégré le cabinet de Jack Lang lorsque celui-ci était ministre de l’Education, et a également travaillé comme maître de conférence à Sciences Po, et comme avocat.

Dans le projet pour Sciences Po dévoilé il y a quelques semaines, Frédéric Mion envisage d’apporter « quelques ajus­te­ments mineurs » à la structure FNSP-IEP, une « sin­gu­la­rité ins­ti­tu­tion­nelle » qui consti­tue « un bien pré­cieux ». Il sou­haite notam­ment « veiller à ins­tau­rer une coor­di­na­tion plus étroite des organes de direc­tion de la Fondation et de l’Institut » et « assu­rer un contrôle plus effec­tif par eux de l’action conduite par l’administrateur/directeur ». Il souhaite également ren­for­cer « l’expérience de dis­cri­mi­na­tion posi­tive menée à Sciences Po« , avec un « objec­tif de 30 % de bour­siers », et faire du recru­te­ment des enseignants-chercheurs « un poste prio­ri­taire dans l’allocation des res­sources disponibles « .