Les fédérations FNEC-FP-FO, FERC-CGT, SUD éducation et FTE-CNT ont appelé à une nouvelle grève dans l’éducation ce jeudi 28 mars 2013.

Selon le ministère de l’Education nationale, la mobilisation devrait être peu suivie. Seuls 4,37 % des enseignants du premier degré se sont déclarés grévistes.

Abandon du projet de loi d’orientation

Selon un communiqué de SUD éducation, le gouvernement « ne répond pas aux revendications claires » portées par les fédérations. Elle réclament notamment l’abandon du projet de loi sur la refondation de l’école, qui ne répond pas aux besoins de l’école publique.  » La programmation budgétaire […] est très insuffisante […], les salaires ne sont pas augmentés, les conditions de vie et de travail continuent de se détériorer pour les élèves et les personnels », estime SUD éducation. « Les mesures de carte scolaire et les dotations horaires pour la rentrée 2013 nous le confirment. Les effectifs des classes ne diminuent pas ». De plus, écrit la fédération, « ce projet de loi s’inscrit dans le processus de l’acte III de la décentralisation, […] incompatible avec l’égalité du service public national, et destructrice pour les statuts des personnels ».

Abrogation du décret sur les rythmes scolaires

Les fédérations demandent également l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires. « Il a été très largement rejeté par le Conseil Supérieur de l’ Education et le Comité Technique Ministériel. Il n’est soutenu par aucune organisation syndicale », déplore en effet SUD éducation. Et « l’écrasante majorité des personnels le refuse ».