Rythmes scolaires : ne pas « stigmatiser » les villes qui attendront 2014 (Peillon)

Vincent Peillon refuse de "stigmatiser" les villes qui choisiraient de reporter la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014, alors que le nombre de grandes villes optant pour cette option augmente régulièrement.

Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a appelé ce matin sur France Inter à « la sérénité » dans le débat sur les rythmes scolaires. Il refuse notamment de critiquer les villes qui attendront 2014 pour appliquer la réforme : « le décret dit 2013 ou 2014, donc on ne va pas stigmatiser ceux qui disent 2014 ».

Une majorité de grandes villes pour 2014

Le nombre de grandes villes optant pour le report augmente constamment. Selon l’Association des maires des grandes villes de France (AMGVF), 17 grandes villes opteraient pour une mise en œuvre dès la rentrée 2013, tandis que 22 auraient choisi 2014. Ces poids lourds vont naturellement influencer les villes de plus petite taille, en créant un précédent qui les excuse.

Martine Aubry, la maire socialiste de Lille, a annoncé ce lundi matin qu’elle attendrait 2014, souhaitant « prendre le temps de la concertation ». Pour elle, la date d’application n’est « pas un enjeu, ce qui est important, c’est le contenu ». Un coup dur pour Vincent Peillon, qui disait en février attendre cette décision « avec intérêt ».

Paris reste un soutien de poids

Avant Lille, d’autres grandes villes de gauche – Lyon en février, Montpellier et Strasbourg plus récemment – ont aussi choisi de prendre leur temps pour changer de rythmes.

Exception notable, après avoir penché pour 2014, Paris devrait finalement appliquer la réforme dès 2013, le voeu en ce sens du maire Bertrand Delanoë devant être voté lors du Conseil de Paris du 25 mars prochain.

Les élus encore indécis ont jusqu’au 31 mars pour se décider.

Source(s) :
  • Avec AFP

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.