Alain Refalo lourdement sanctionné

Alain Refalo, enseignant désobéisseur, vient de voir confirmer par le tribunal administratif de Toulouse, après le rejet de son recours, une lourde sanction financière. Il publie une tribune à cette occasion.

Dans un communiqué publié hier, Alain Refalo fait part de la lourde sanction qui lui a été infligée par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Toulouse.

L’enseignant désobéisseur, à la tête du Réseau des ensei­gnants du pri­maire en résis­tance, avait refusé en 2099 de mettre en oeuvre la réforme du ministre de l’Education Xavier Darcos sur l’aide per­son­na­lisée aux élèves en difficulté. La réforme imposait aux professeurs des écoles de consacrer deux heures par semaine à cette aide : Alain Refalo avait refusé, jugeant cette mesure totalement inadaptée pédagogiquement et préférant mettre en place sur ces deux heures pour ses élèves des ateliers théâtre.

L’inspection d’académie de Haute-Garonne avait alors pris des sanc­tionscontre lui com­pre­nant 27 jours de retenue sur salaire et l’abais­se­ment d’un éche­lon dans sa carrière. Or, le 14 mars dernier, le tribunal a rejeté la demande d’annulation des sanctions financières d’Alain Refalo. Le Conseil Supérieur de la Fonction Publique de l’Etat (CSFPE), auprès duquel il avait déposé un recours après sa première condamnation en 2009, avait lui-même estimé que la sanction était « disproportionnée ». Le CSFPE l’avait par ailleurs qualifié d' »enseignant compétent et apprécié ». Ces raisons n’ont pas suffi.

Une justification pédagogique profonde

Dans une tribune, Alain Refalo revient sur les raisons profondes de sa désobéissance et leur motivation pédagogique.  « Je n’ai pas détourné la finalité des deux heures de l’aide personnalisée, j’en ai simplement adapté les modalités d’application dans l’intérêt des élèves » tient-il à rappeler. Pourquoi avoir privilégié un atelier théâtre ? L’activité théâtre est un « projet fédérateur qui a permis aux élèves peu motivés de retrouver un peu d’envie et de désir d’école » explique le professeur des écoles. « L’aide personnalisée est un dispositif inapproprié et inefficace pour les élèves en difficulté » souligne-t-il, et ce dispositif est d’ailleurs supprimé dans le projet de loi actuel  de refondation de l’école et remplacé par les activités pédagogiques complémentaires (APC), qui peuvent comporter, entre autres, des activités théâtre.

Alain Refalo juge donc que « la hiérarchie exige des enseignants une obéissance inconditionnelle sans se préoccuper de l’efficacité du travail accompli », et que « des enseignants peuvent être sanctionnés pour méthodes ‘non conformes’ alors même qu’ils viennent efficacement en aide aux élèves en difficulté ».  Malgré les sanctions, il dit ne rien regretter. « Ma dignité et mon intégrité, au final, c’est de ne pas être rentré dans le rang malgré les injonctions et les sanctions de l’administration. »

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.