Seules 21 % des demandes de permutation dans le premier degré ont été satisfaites en 2013, indique ce mardi le Snuipp-FSU.

Moins de 5 % dans la Creuse

Dans plusieurs départements, le taux de satisfaction ne dépasse pas les 10 %. En Seine-Saint-Denis, il est d’un peu plus de 6 %, tandis que dans la Creuse, il n’atteint pas les 5 %.

Le syndicat dénonce des chiffres encore plus « catastrophiques » qu’en 2012. L’année dernière, 25 % des demandes de mutation avaient été satisfaites, des résultats déjà « parmi les plus bas de ces dernières années » selon le Snuipp.

Les permutations pour rapprochement de conjoints en baisse

La situation n’est pas meilleure pour les enseignants sollicitant une permutation pour rapprochement de conjoint : seules 39,25% des demandes ont été satisfaites cette année, contre près de 46 % en 2012, indique le syndicat.

En revanche, se réjouit-il, 90 % des mutations pour raison de handicap demandées ont été accordées.

L’arrivée de stagiaires issus des concours en cause

Le syndicat pointe du doigt « les suppressions massives de postes ces dernières années ainsi que les départs en retraites plus tardifs », principales causes selon lui de ces mauvaises statistiques. Il met également en cause la limitation des « calibrages départementaux (possibilités de mutation) » par les DASEN « du fait de l’arrivée des stagiaires issus des deux concours de cette année« .

Le syndicat signale qu’il est « intervenu auprès du ministère pour demander un groupe de travail sur la question de la mobilité des enseignants« .