« J’aimerais que les ministres de l’Education nationale […] se souviennent de l’essence de l’enseignement. On ne perçoit aujourd’hui l’école que sous l’angle de sa réforme permanente. Et on en oublie ce qu’elle est.

L’enseignement est une chose très simple : la dissymétrie entre le maître et l’élève en fait un acte de transmission et non de communication. Vous apprenez quelque chose à quelqu’un. Mais, en cheminant avec vos élèves, vous apprenez vous-même. »

Alain Finkielkraut, philosophe et écrivain, Le Monde, 13/03/2013.