Dans son communiqué, rapporte l’AEF, le syndicat dénonce le fait que l’avant-projet de loi de décentralisation abandonne le principe, initialement prévu et modifié depuis, du transfert des CIO aux régions. Le CIO reste ainsi exclusivement sous la férule du ministère de l’Education nationale, et dans le projet de loi d’orientation et de programmation pour l’école actuellement examiné à l’Assemblée nationale, il est clairement stipulé que « le conseiller d’orientation-psychologue est le professionnel de référence en matière d’information à l’orientation au sein des établissements scolaires et auprès des équipes éducatives ». Le copsy ne sortira donc pas du cadre scolaire.

Or, estime le Sgen-CFDT, « la séparation entre orientation scolaire et orientation professionnelle entérinée dans le projet de loi [de décentralisation] va à l’encontre de l’indispensable approche globale de l’orientation ».

Le syndicat demande donc au « ministre de l’Education nationale qu’il […] prenne des engagements clairs quant à l’avenir des CIO et de leurs personnels, afin de ne pas isoler l’orientation scolaire et d’inscrire son action dans le service public d’orientation régional ».