« Les oeuvres d’art portent des notions qui entrent en résonance avec l’Espace »

Gérard Azoulay, astrophysicien, directeur artistique du festival des imaginaires spatiaux Sidération, qui ouvrira ses portes le 22 mars prochain, répond à nos questions. Quand l'art et l'espace sidèrent...

Gérard Azoulay

Gérard Azoulay

Gérard Azoulay, astrophysicien de formation, dirige l’Observatoire de l’Espace, la fabrique culturelle de l’Espace du CNES (l’agence spatiale française), qui élabore et met en œuvre la politique culturelle du CNES. Il est responsable de la rédaction de la revue Espace(s), dirige la publication de plusieurs catalogues d’exposition ou de livres et est l’auteur de nombreux textes dans des catalogues d’exposition de Musées ou dans des revues. Il assure le commissariat de plusieurs expositions sur l’Espace. Il est également directeur artistique de Sidération, le festival des créations artistiques inspirées de l’espace, et co-directeur artistique avec le violoncelliste Didier Petit de la formation des Voyageurs de l’Espace.

Ce qui vous sidère dans l’espace…

L’Espace est généralement considéré comme un domaine uniquement scientifique et technique, et donc réservé à des publics qui seraient essentiellement intéressés par les questions liées à la conception des fusées, à l’exploration du système solaire ou encore à la présence de l’homme dans l’Espace. En fait, l’aventure spatiale a largement modifié les représentations que nous nous faisions de notre monde ; elle a aussi enrichi notre imaginaire et elle nourrit en permanence notre mémoire collective. De ce fait, quels que soient nos centres d’intérêts, l’Espace nous concerne d’une façon ou d’une autre.

Ce qui vous sidère dans l’art…

C’est la capacité des œuvres d’art, quelle que soit leur époque de création et leur forme plastique, à porter des notions qui peuvent entrer en résonance avec l’Espace alors que ces œuvres ne se rapportent pas directement aux activités spatiales. Ainsi, les notions qu’elles abordent peuvent relever de la modification du corps qui est largement dépendant de la gravité, de la question de l’autre qui se pose toujours dans l’univers avec l’exobiologie, ou de l’Ailleurs, qualité que l’on attribue par excellence à l’Espace.

Ce qui vous sidère dans l’art inspiré de l’espace…

Souvent, l’art inspiré par l’Espace est réduit au Space-art, c’est–à-dire uniquement aux œuvres créées dans le milieu spatial, que ce soit en impesanteur dans la station spatiale ou dans l’Airbus Zéro G, ou envoyées dans l’univers parfois sous forme de signal électromagnétique ou plus rarement encore déposées sur la lune.

Or, on peut produire des œuvres de grandes qualités inspirées par l’Espace sur Terre. Nous accompagnons dans cette démarche des artistes (musiciens, écrivains, dramaturges) qui s’intéressent aux systèmes de production des mesures spatiales, aux fonctionnements des instruments ou des institutions ou tout simplement à l’histoire de l’Espace.

Festival Sidération 2013 : comment le voyez-vous et qu’en attendez-vous ?

De la même façon que l’on fait des sorties au Musée pour découvrir les arts, les sciences ou l’architecture, on peut également faire des sorties pour découvrir l’Espace autrement. Le festival Sidération est l’occasion de découvrir la transdisciplinarité à l’œuvre. En effet, l’Espace n’étant pas une discipline, c’est l’objet idéal pour des expérimentations qui visent à abolir les cloisonnements disciplinaires. L’Espace est un formidable terrain de jeu pour cela et Sidération est une occasion donnée au public de s’y aventurer.

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.