Jean-Pierre Blazy, maire de Gonesse, dans le Val d’Oise, a proposé aux enseignants de la ville de prendre en charge les enfants lors des activités périscolaires organisées dans le cadre de la réforme des rythmes.

Rémunérés en heures supplémentaires

Lors des Assises locales sur la réforme des rythmes scolaires, le maire de Gonesse, où les écoles reviendront à la semaine de 4,5 jours dès la rentrée 2013, a indiqué sa volonté de « proposer un temps éducatif de qualité avec un vrai contenu ». « Sinon ça n’a pas d’intérêt », a-t-il estimé. Il pourra s’agir d' »activités culturelles, sportives », mais aussi d' »un apprentissage de la civilité, de la citoyenneté » ou encore d' »une éducation à l’alimentation ». Et le maire a officiellement proposé aux professeurs des écoles de les prendre en charge, sur la base du volontariat, avec une rémunération en heures supplémentaires par la mairie (officiellement une trentaine d’euros l’heure).

Les enseignants plutôt favorables à l’idée

Les enseignants ne se sont pas montrés hostiles à cette proposition. « Ce genre de dispositif permet de travailler dans un autre cadre que la classe et de développer une autre relation avec l’enfant « , a indiqué Corinne Touret, directrice d’une école élémentaire de la ville. De plus « cela apporte un complément de revenus évident. Et dans la mesure où c’est sur la base du volontariat seuls ceux qui voudront s’investir le feront », a-t-elle souligné.

Selon Jean-Pierre Blazy, rien n’a encore été fixé. Les décisions seront prises d’ici « fin avril pour entrer dans le détail des activités avant l’été ».