Rythmes scolaires : les enseignants pourraient encadrer les activités périscolaires à Gonesse

Le maire de Gonesse (Val d'Oise) a proposé aux enseignants de la commune d'encadrer les activités périscolaires mises en place dans le cadre du retour à la semaine de 4,5 jours.

Jean-Pierre Blazy, maire de Gonesse, dans le Val d’Oise, a proposé aux enseignants de la ville de prendre en charge les enfants lors des activités périscolaires organisées dans le cadre de la réforme des rythmes.

Rémunérés en heures supplémentaires

Lors des Assises locales sur la réforme des rythmes scolaires, le maire de Gonesse, où les écoles reviendront à la semaine de 4,5 jours dès la rentrée 2013, a indiqué sa volonté de « proposer un temps éducatif de qualité avec un vrai contenu ». « Sinon ça n’a pas d’intérêt », a-t-il estimé. Il pourra s’agir d' »activités culturelles, sportives », mais aussi d' »un apprentissage de la civilité, de la citoyenneté » ou encore d' »une éducation à l’alimentation ». Et le maire a officiellement proposé aux professeurs des écoles de les prendre en charge, sur la base du volontariat, avec une rémunération en heures supplémentaires par la mairie (officiellement une trentaine d’euros l’heure).

Les enseignants plutôt favorables à l’idée

Les enseignants ne se sont pas montrés hostiles à cette proposition. « Ce genre de dispositif permet de travailler dans un autre cadre que la classe et de développer une autre relation avec l’enfant « , a indiqué Corinne Touret, directrice d’une école élémentaire de la ville. De plus « cela apporte un complément de revenus évident. Et dans la mesure où c’est sur la base du volontariat seuls ceux qui voudront s’investir le feront », a-t-elle souligné.

Selon Jean-Pierre Blazy, rien n’a encore été fixé. Les décisions seront prises d’ici « fin avril pour entrer dans le détail des activités avant l’été ».

Source(s) :
  • lemonde-educ.blog.lemonde.fr

Partagez l'article

2 commentaires sur "Rythmes scolaires : les enseignants pourraient encadrer les activités périscolaires à Gonesse"

  1. Le parent irresponsable et démissionnaire  15 mars 2013 à 15 h 51 min

    « Les ensei­gnants ne se sont pas mon­trés hos­tile(s) », tient donc à 30 euros de l’heure c’est surprenant. J’avais pourtant entendu qu’ils n’en pouvaient déjà plus de leurs semaines de 42 heures (corrections, préparation, formation, décompression…). Plus sérieusement, bien sûr que cela simplifierait grandement les choses, mais cela ne résout en rien la question du financement pour les maires (il faudra en plus y ajouter le coût matériel des activités). A ce prix là, et même pour moins cher,les associations complémentaires de l’enseignement public ont des solutions « clé en main » bien plus attractives et de qualité équivalente.Signaler un abus

    Répondre
  2. Retablissons la verite  24 mars 2013 à 21 h 05 min

    « Les ensei­gnants ne se sont pas mon­trés hos­tiles » ah bon?? Ce n’est pourtant pas le cas !
    Instaurer la réforme en 2013 alors que les moyens organisationnels et matériels font défaut, est plutôt étrange et irresponsable… La preuve avec certainement une mise en oeuvre du périscolaire sur seulement 2 jours au lieu des 4 initialement prévus. La mairie compte grandement sur les enseignants pour animer les activités périscolaires car le personnel territorial est manquant ou non qualifié. Ce n’est pas parce que la mairie a besoin des enseignants qu’il faut faire croire qu’ils ne sont pas hostiles à cela !Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.