Le Snuipp-FSU, le SNUDI-FO, le SE-UNSA, SUD Éducation, la CGT Éduc’Action et la CNT STE, réunis en intersyndicale, appellent les enseignants parisiens à la grève le 25 mars 2013. Les syndicats réclament l’abrogation du décret sur l’organisation du temps scolaire en primaire. Ils demandent également à Bertrand Delanoë de retirer son projet et de « cesser le chantage ».  Selon eux, le maire de Paris « se montre méprisant et insultant envers l’ensemble des enseignants et leurs représentants ».

La ville doit choisir en conseil de Paris les 25 et 26 mars prochain si elle appliquera la réforme des rythmes scolaires en 2013 ou 2014. Partisan d’une mise en place à la rentrée 2013, Bertrand Delanoë avait toutefois envisagé, lors d’une réunion publique sur les rythmes scolaires mi-février,  la possibilité de reporter la réforme à 2014.