Le syndicat FSU a appelé hier les personnels à participer à une mobilisation nationale pour l’Education à Paris le 6 avril prochain, « afin de permettre la nécessaire démocratisation du système éducatif ».

Dans un communiqué, le syndicat estime que « malgré des avancées dans le projet de loi d’orientation et de programmation pour l’Ecole soumis au Parlement (créations d’emplois, rappel des valeurs qui doivent fonder l’Ecole, priorité à l’école primaire…), des manques ou des continuités avec les politiques précédentes ne permettront pas les transformations nécessaires ». Il propose donc « d’aller plus loin », notamment dans « la démocratisation du système éducatif », en prolongeant la scolarité obligatoire à 18 ans.

Concernant les rythmes scolaires, la FSU réclame entre autres « un report de la réforme en 2014 pour donner le temps à une réécriture du décret ». Il demande aussi la fin du gel du point d’indice des fonctionnaires et « une réelle revalorisation salariale pour tous les personnels abandonnant les logiques d’individualisation et de rémunération au mérite« .

Enfin, le syndicat se prononce pour « une autre loi sur l’enseignement supérieur et la recherche que celle proposée par la Ministre », qui soit « en rupture avec la LRU et les RCE, l’AERES et le pacte recherche, le CIR… ».

Il refuse en outre de se résigner « aux conséquences sociales de la crise sur les enfants et les jeunes » et encourage les personnels à « défendre un projet éducatif ambitieux qui réponde aux attentes des jeunes […] et de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative ».