Les cartes scolaires précisant la répartition des postes d’enseignants dans le second degré pour la rentrée 2013 ont été publiées hier sur le site du Se-Unsa. Le syndicat relève une « situation très disparate » selon les académies et les niveaux d’enseignement.

22 % des postes créés en 2013 alloués aux LEGT, 13 % aux lycées professionnels

Les lycées d’enseignement général et technologique (LEGT) bénéficient de 22 % des 3 764 postes créés à la rentrée 2013. Le solde de postes est positif pour deux tiers des académies, mais le Se-Unsa dénonce une situation « contrastée ».

Plusieurs académies (Rouen, Reims, Nancy-Metz et Besançon) perdent des postes, parfois au profit d’autres niveaux, tandis que l’essentiel des moyens est concentré sur les académies de Clermont-Ferrand, Dijon et Nantes.

Les lycées professionnels (LP) profitent de 13 % des moyens supplémentaires. La plupart des académies créent des postes. Seules Rennes, Dijon et Besançon en perdent, tandis que Nantes, Rouen, Amiens et Nancy-Metz affichent un solde nul.

46 % des postes alloués aux collèges, 14 % aux remplacements

Les collèges bénéficient de 46 % des créations de postes pour la rentrée 2013. Les académies y concentrent l’essentiel des moyens, et pour la grande majorité d’entre elles le solde de postes est positif. A Reims et Besançon, 100 % des postes créés sont alloués aux collèges, certains bénéficiant en plus de redéploiements venus des lycées.

En outre, 14 % des postes créés cette année sont des titulaires sur zone de remplacement (TZR). Dans plusieurs académies, une grande partie des postes créés est allouée à l’amélioration des moyens de remplacement ; Bordeaux, par exemple, y consacre 44 % de ses nouveaux postes.

Pour le Se-Unsa cependant, les premiers moyens supplémentaires alloués au secondaire pour cette rentrée 2013 ne permettront pas « de réparer 5 ans de destruction d’emplois ».