L’Association des Proviseurs de Lycées ayant des Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (APLCPGE) a tenu son congrès les 1er et 2 février 2013, sur le thème de l’avenir des CPGE après les Assises nationales de l’enseignement supérieur.

Avis favorable à un rapprochement CPGE-université

L’APLCPGE affirme dans la synthèse de ce congrès être favorable à une réforme de l’organisation de l’enseignement supérieur, et donc à un rapprochement entre classes prépa et université, si ce rapprochement peut renforcer les chances de réussite des étudiants.

L’association conteste par ailleurs les conclusions des Assises et le rapport du député Le Déaut, qui réclament l’établissement de conventions entre les lycées à CPGE et les universités : pour l’APLCPGE, c’est déjà le cas pour « tous les lycées » et ce « depuis longtemps ». S’il devait y avoir un cadrage national de ces conventions, l’association réclame qu’elles soient « approuvées par les conseils d’administration des lycées » afin de demeurer « librement choisies ».

Conserver un système « piloté nationalement »

L’APLCPGE rappelle le poids qu’elle occupe dans l’enseignement supérieur – « 36% des effectifs des étudiants inscrits en 1ère année du supérieur » le sont dans des filières implantées dans des lycées – et demande donc à ce que ces filières « d’excellence et de réussite » ne soient pas oubliées « dans la loi en cours d’élaboration ».

Enfin l’association s’oppose à toute « territorialisation » du fonctionnement des CPGE, et demande à conserver « un système piloté nationalement », notamment au niveau du recrutement des professeurs, afin d’entretenir « la qualité, la cohérence et l’efficacité » des classes préparatoires.