Rythmes scolaires : « ne croyez pas que » la réforme sera « plus facile en 2014 » (Peillon)

Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon a demandé aux maires de Côte-d'Or réunis hier à Dijon de ne pas croire que la réforme des rythmes scolaires "sera plus facile en 2014", expliquant qu'ils feront face "aux mêmes difficultés".

Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a appelé hier les maires de Côte-d’Or à ne pas croire qu’il sera plus simple pour les collectivités de reporter la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014.

« Pas la pression » pour appliquer la réforme en 2013

« Ne croyez pas que ce sera plus facile en 2014, vous ferez face aux mêmes dif­fi­cul­tés », a indiqué Vincent Peillon. Le ministre a toutefois souligné qu’il ne mettait « pas la pression » aux maires pour qu’ils appliquent la réforme dès la rentrée 2013. « C’est votre droit de pas­ser en 2014 […] Ne croyez pas que le ministre vous [mette] la pres­sion, ce n’est pas vrai », a-t-il affirmé, précisant que les maires qui choisiront de reporter la réforme ne seront « pas stigmatisés ».

Vincent Peillon intervenait à l’occasion d’une rencontre avec les maires de Côte-d’Or réunis à Dijon. Les élus lui ont fait part de leurs inquiétudes concernant l’application de la réforme et notamment la mise en place d’activités périscolaires à l’école primaire. Le maire du vil­lage de Flammerans a notamment estimé n’avoir « pas les moyens finan­ciers et humains de la réus­site » de la réforme, tandis que pour le maire de Venarey-les-Laumes, « le temps péri-éducatif est qua­si­ment impos­sible à orga­ni­ser en zone rurale ».

Le problème des élèves avant celui des collectivités

Pour Vincent Peillon, « le pro­blème, avant d’être celui des col­lec­ti­vi­tés locales, est celui des élèves ». « Si on est pour la prio­rité à l’enfant, on y va », a-t-il jugé.

Le coût de la réforme des rythmes scolaires est d’autant plus contesté par les collectivités que le gouvernement vient d’annoncer une baisse des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales de 3 milliards d’euros en 2014-2015.

Source(s) :
  • AFP, francetvinfo.fr

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.