Vincent Peillon a affirmé ce vendredi qu’il ne préparait pas un « allègement provisoire » des programmes scolaires en primaire pour mieux faire accepter la réforme des rythmes, contrairement à l’information communiquée par les syndicats enseignants au journal Le Figaro.

Lors d’une rencontre avec les élus locaux ce jour à Tours, le ministre de l’Education nationale a souligné que « les pro­grammes de 2008, qui sont ceux qui s’appliquent aujourd’hui à l’école pri­maire, ne sont pas les bons pro­grammes ».

« Nous allons les revoir de la même façon que nous allons revoir le livret per­son­nel de com­pé­tences qui les accom­pagne et revoir les dif­fé­rents moments d’évaluation », a-t-il expliqué.

Mais interrogé par l’AFP sur l’éventualité d’un allègement provisoire, le ministre a répondu « Non! Je démens ».

Il a rappelé avoir inscrit dans le projet de loi d’orientation et de programmation pour l’école la mise en place d’un Conseil supé­rieur des pro­grammes permettant « démo­cra­ti­que­ment de refaire les pro­grammes de la mater­nelle jusqu’à la ter­mi­nale ». « Je veux que ce soit un tra­vail appro­fondi dans la durée », pour lequel il espère que « les pro­fes­seurs des écoles, les pro­duc­teurs de savoir les plus éminents » seront pré­sents.