Bien que l’usage du tableau numérique interactif (TNI) commence à se démocratiser dans les écoles, les enseignants sont encore réticents à l’utiliser en classe. D’après Marc Philippe, assistant aux usages des TICE au CRDP de Paris, par manque de culture informatique ou peur de l’erreur, seule une minorité d’enseignants est prête à intégrer l’outil à ses pratiques pédagogiques.

Pourtant, le TNI dispose de nombreux atouts : Marc Philippe cite par exemple « le côté inter­ac­tif du TNI, la diver­sité des sup­ports acces­sibles : vidéos, sons, images » ainsi que la possibilité d' »inter­rompre un cours et l’enregistrer tel quel pour le reprendre au cours sui­vant ».

Nicolas Grassart, ensei­gnant de tech­no­lo­gie au col­lège Pierre-Perret de Bernes-sur-Oise, utilise le TNI au quotidien avec sa classe. Pour lui, l’utilisation d’un tel outil a un impact consi­dé­rable sur l’implication des élèves en cours. Et leur intérêt pour le tableau interactif reste le même après plusieurs mois d’utilisation, indique-t-il.