Projet de loi ESR : « une loi inacceptable » pour les syndicats

Dans un texte commun publié hier, les syndicats de l'Enseignement supérieur et de la Recherche s'élèvent contre le projet de loi qui sera soumis au CNESER le 18 février. Ils appellent à un rassemblement ce jour-là.

Le projet de loi sur l’enseignement supérieur et la recherche a été transmis le 8 février aux membres du Cneser, qui en débattront le 18 février prochain. Les syndicats enseignants FSU (Snesup, SNCS, Snep, Snasub, Snetap), CGT (SNTRS), Solidaires (Sud-Recherche EPST, Solidaires étudiant-e-s), les collectifs SLU et SLR, et l’Unef, ont jugé hier, dans un communiqué commun que le projet en l’état était « une loi inacceptable qui ne permet[tait] pas de répondre aux attentes des personnels et des étudiants ». A noter, indique l’AEF, le Sgen-CFDT et l’Unsa-Education ne sont pas signataires.

Les signataires reprochent au projet entre autres de passer sous silence l’attribution de moyens à l’université, qui en a pourtant bien besoin. Ils demandent une « augmentation substantielle des moyens d’Etat […] pour permettre la titularisation des précaires […] pour revenir sur les gels d’emploi, pour répondre aux besoins des formations et améliorer l’encadrement, pour augmenter les soutiens de base des laboratoires au lieu des financements sur projets (ANR, idex …) ».

Autre motif d’insatisfaction : « aucune modification en profondeur du décret de 2009 sur le statut des enseignants-chercheurs ».

« Un temps fort le 18 février »

Dans un communiqué diffusé hier également rapporte l’AEF,  le Sgen-CFDT juge de son côté qu’il ne suffit pas « d’évoquer une ‘priorité d’accès’ aux STS des titulaires d’un baccalauréat professionnel et le ‘rapprochement universités-CPGE' » pour faire progresser « la démocratisation effective de l’enseignement supérieur et le rapprochement de l’ensemble des filières du post-bac ».

Les signataires incitent par conséquent à « faire voter des motions dans les conseils, les réunions de CNU ou instances des organismes…. et à intervenir auprès des parlementaires et des élus locaux ». Ils proposent enfin « qu’un temps fort soit organisé le 18 février, jour où la loi sera présentée au Cneser, avec un rassemblement dans une université parisienne ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.