Rythmes scolaires : le guide à destination des élus « trouble encore un peu plus le paysage » (AMF)

Le président du groupe de travail éducation de l'AMF a estimé que le guide pratique publié par le ministère de l'Education nationale pour accompagner les élus dans la réforme des rythmes scolaires "ne répond pas du tout aux questions" qu'ils se posent.

Le président du groupe de travail éducation de l’Association des maires de France (AMF), Pierre-Yves Jardel, a estimé que le guide publié par le ministère de l’Education nationale pour répondre aux questions des élus sur la réforme des rythmes scolaires rendait la situation « plus trouble qu’avant ».

Des éléments qui ne figurent pas dans le décret

« Ce guide ne répond pas du tout aux questions que se posent les élus. Il trouble encore un peu plus le paysage », a-t-il estimé. « On nous avait prédit une grande concertation, et au final, ce sont les académies qui font parvenir ce guide aux élus, une fois écrit, sans que les maires aient été associés à sa rédaction », a déploré l’élu, craignant que « les communes découvrent à toute vitesse ce qui les attend » et qu’elles soient « nombreuses » à repousser la réforme des rythmes scolaires à 2014, une « année électorale ».

Pierre-Yves Jardel a notamment reproché au document de présenter certains éléments relatifs à l’organisation du temps scolaire en primaire qui ne figurent pas dans le décret publié au J.O. De plus, le guide ne précise pas « si les activités pédagogiques complémentaires ont un caractère facultatif », a regretté le président du groupe de travail.

Le fonds d’aide aux communes représente un quart des dépenses pour la 1ère année

L’élu a également déploré que le document fixe un horaire de sortie de classe à 16h30, dénonçant « un retour de la rigueur ». Il a cité l’exemple de son département, où « tous les cars ne pourront pas passer à la sortie des écoles à 16h30 ».

Enfin, Pierre-Yves Jardel a estimé que le fonds d’aide accordé aux communes appliquant la réforme des rythmes scolaires en 2013, d’un montant de 50 euros par élève, « représente un quart des dépenses des communes pour la 1ère année de mise en œuvre. Quant à la dotation de 40 euros supplémentaire, pour ma commune, cela apporte un euro supplémentaire par élève », a-t-il indiqué, estimant qu’il était important de savoir « si ce fonds sera pérennisé ».

Source(s) :
  • AEF

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.