Salaires enseignants : une prime de 400 euros annuels serait bientôt versée aux professeurs des écoles

Selon les Echos, le ministre Vincent Peillon serait prêt à faire un geste pour la revalorisation salariale des professeurs des écoles en leur accordant une prime de 400 euros annuels.

Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon serait prêt à revaloriser le salaire des enseignants du primaire en leur versant un complément de 400 euros annuels, d’après les Echos.

Une prime sur le modèle de l’ISOE

Si le ministère ne souhaite pas confirmer cette information, c’est qu’elle ne serait rendue officielle que vers la mi-février, après le congrès du syndicat FSU, indique le quotidien. Mais selon une source citée par les Echos, « les arbitrages sur cette indemnité sont très bien engagés ». Cette prime serait calquée sur le modèle de l’ISOE (indemnité de suivi et d’orientation des élèves) perçue par les enseignants du second degré, mais ne s’élèverait pour le moment qu’à 400 euros annuels, contre 1 200 pour l’ISOE.

Le ministre se pencherait également sur l’amélioration de l’accès à la « hors-classe » des professeurs des écoles, ouverte à moins de 2 % des enseignants du primaire contre 7 % des enseignants du secondaire. Cependant, précise le quotidien, « l’alignement du primaire sur le secondaire n’est […] pas acquis ».

Un rééquilibrage financé par les provisions

Ces dispositions pourraient être financées grâce à des mesures inscrites au budget et non reconduites par le gouvernement, comme la prime versée aux enseignants lors du passage des évaluations de CE1/CM2, supprimées cette année, ou des heures supplémentaires pour les stages de remise à niveau, également suspendus.

Vincent Peillon avait évoqué la semaine dernière un « rééquilibrage » entre les salaires des enseignants du premier et du second degré, reconnaissant que « les pro­fes­seurs des écoles ont des condi­tions de rému­né­ra­tion du tra­vail qui par­fois ne sont pas l’équivalent de leurs col­lègues, par exemple, du secon­daire ». Le ministre avait toutefois précisé qu’il n’y aurait pas de compensation salariale liée au retour de la semaine de 4,5 jours dans le primaire, « dès lors qu[‘il] ne demande pas qu’ils tra­vaillent davan­tage« .

9 commentaires sur "Salaires enseignants : une prime de 400 euros annuels serait bientôt versée aux professeurs des écoles"

  1. electron  2 février 2013 à 10 h 14 min

    Je suis professeur des écoles et je ne veux pas de cette prime. Si je devais gagner plus, ce devrait être dans le cadre d’une augmentation de salaire justifiée par la reconnaissance de notre métier mais il est indécent de vouloir gagner plus à l’heure actuelle où tant de personnes perdent leur emploi et travaillent dans des conditions insupportables. Je n’ai pas contribué à l’élection de François Hollande car j’ai perdu toute illusion politique depuis des années. Vous voyez Gamom, je m’intéresse, j’essaie de comprendre ce qui se passe en dehors de mon pré carré parce que je considère que nous avons tous un rôle social et économique à jouer pour faire évoluer notre société de façon qualitative. Et je souhaiterais que d’autres en fassent autant. Je suis lasse de ces discours caricaturaux sur les enseignants et usée par mon métier. A la place de cette prime, je pense que la majorité des professeurs souhaiteraient d’abord un allègement des programmes, des moyens humains pour l’intégration des élèves en situation de handicap ou pour l’encadrement des élèves de maternelle, plus d’heures de concertation pour réfléchir sur les pratiques pédagogiques, échanger, partager, construire ensemble au lieu d’être isolé dans une classe. Malheureusement nous allons vers plus de matières à enseigner, plus d’enfants à scolariser dans des conditions de travail qui se dégradent de plus en plus. Avons-nous tort d’en parler ? Sommes-nous exclus de la société parce que nous sommes devenus des objets ?Signaler un abus

    Répondre
  2. vévé  3 février 2013 à 14 h 32 min

    C’est se moquer de nous des familles et des enfants…
    Si en contrepartie les quelques heures sup que nous pouvons faire sont supprimées, c’est-à-dire les études dirigées bénefiques aux élèves en difficultés ou issus de familles ne maîtrisant pas la langue française et les SRAN stages de remise à niveau. Tous ces moments pédagogiques doivent être sauvegardés pour conserver une relation de confiance entre l’école les élèves et les familles. Ce sont des moments privilégiés pour les élèves qui ont pendant ces temps-là une relation de proximité avec leurs profs. Des moments ou l’adulte est enfin disponible pour lui l’élève. L’ECOLE NE DOIT PAS ETRE L’EPONGE DU CHOMAGE ! Nos rémunérations de PE sont gérées n’importe comment depuis des lunes ! Nous devons être rémunérés sur la même base que les profs de collège et lycées voire même comme nos voisins Européens. Nous sommes payés 15 % en dessous de la moyenne des pays de l’ocde ! La crise a bon dos depuis longtemps, nous spolions tout même notre avenir le plus proche, nos enfants ! C’est pas grave embauchez des gens à 900 EUROS par mois et pas besoin de la nationalité Française pour les emplois avenir professeurs ! Et bientôt rendez l’école non obligatoire. BRAVO ! ON VA DROIT DANS LE MUR ! TIRONS TOUT LE MONDE PAR LE BAS !Signaler un abus

    Répondre
  3. vévé  3 février 2013 à 16 h 54 min

    LISEZ LES MESSAGES PRECEDENTS ET NOUS AJOUTONS QUE :
    400 EUROS ANNUEL ON REVE ! NET BRUT ? 1ère question.
    400 divisé par 12 ouaff 33 euros de plus par mois – euh moins car fiscalisés.
    Au lieu de balancer des lois et des décrets il vaudrait mieux étudier AVANT le cas de l’entreprise « Mammouth » et présenter un vrai Business Plan !
    Mr Peillon découvre que l’école ne va pas bien. Déplorables les conditions de travail des élèves ! oui car on ignore l’école elémentaire. Depuis des lunes un bricolage y est pratiqué. Il serait temps de passer à autre chose. Sinon les zones Zep vont exploser ! Nos collègues y font un boulot de fous sans aucune compensation stimulante pour leur carrière.
    Consolidons ce qui est indispensable : formation vraie, salaires de profs, programmes,effectifs classe, aide aux élèves fragilisés ENSUITE ON POURRA PEUT-ETRE S’AMUSER AVEC UN SAUCISSONAGE CULTUREL ET SPORTIF. Mais ne proposez pas d’un côté pour enlever de l’autre. On tourne en rond et tout s’écroulera. NOUS AUSSI ON VEUT TRAVAILLER !Signaler un abus

    Répondre
  4. Maître de base  3 février 2013 à 19 h 47 min

    Pourquoi l’accès à la hors classe est-il réservé prioritairement aux pédagogistes ayant quitté leur classe pour des raisons qui se passent de commentaires ? Privilégions plutôt ceux-là mêmes qui ont le courage, la persévérance, le mérite, l’honneur d’enseigner devant des élèves jusqu’au terme de leur carrière. Ce sera déjà un pas vers la raison, la probité et la juste récompense pour les véritables acteurs en faveur de la réussite éducative.Signaler un abus

    Répondre
  5. ??  4 février 2013 à 9 h 59 min

    Si tu veux bosser avec tes collègues, tu n’as qu’à le faire, par exemple le mercredi ? Rien ne t’empêche de le faire.
    Sincèrement, je pense vraiment qu’un professeur des écoles en fait moins que les autres travailleurs surtout lorsqu’on enseigne en maternelle.
    Je pointe notamment les 8 semaines de vacances l’été alors que les autres salariés bénéficient de 3 ou 4 semaines.
    Faut arrêter de se lamenter. C’est une honte ! D’ailleurs, il faut savoir que les enseignants font partie des professions qui ont une des meilleures espérances de vie !Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.