Le Snes et le Snasub-FSU se sont inquiétés vendredi du flou entretenu par le projet de loi de refondation sur le devenir de l’orientation scolaire et des Centres d’information et d’orientation (CIO) de l’Education nationale.

« Dans le projet de loi d’orientation sur l’école qui vient d’être présenté au Conseil des ministres, la suppression de l’article 23 rétablit de fait les formulations actuelles du code de l’éducation mais passe complètement sous silence le devenir de l’orientation scolaire« , déplorent-ils notamment. Le « parcours individuel d’information, d’orientation, et de découverte du monde économique et professionnel tout au long de la scolarité secondaire de l’élève », présent dans la version initiale du projet de loi, ne figure plus désormais que dans l’annexe.

Les syndicats épinglent également « l’absence de chiffrage des emplois de conseillers d’orientation-psychologues et de directeurs de CIO nécessaires pour l’application de la loi et leur mise à l’écart persistant de la communauté éducative dans l’annexe », et s’interroge sur la volonté du gouvernement de transférer le financement et les missions des CIO aux régions. « Le silence du ministère de l’Education nationale laisse les personnels dans l’inquiétude quant à leur avenir. Les éléments connus de l’avant projet de loi de décentralisation renforcent leurs craintes sur des mises à disposition ou transferts, éclatant les collectifs de travail et menaçant la cohérence de la mission », s’alarment les syndicats.

Ils appellent donc « l’ensemble des personnels des CIO à se mobiliser en participant massivement à la manifestation pour la défense du service public » le 31 janvier, et au « rassemblement intersyndical national à Paris contre les projets de décentralisation et pour une politique d’éducation et d’orientation véritablement ambitieuses », le 8 février.