Plusieurs syndicats enseignants ont encouragé les professeurs à participer à la journée de grève nationale de la Fonction publique organisée ce jeudi 31 janvier. En particulier dans l’enseignement professionnel, où une intersyndicale a appelé à la mobilisation massive.

Grève générale de la Fonction publique

A l’appel de la CGT, la FSU et Solidaires, tous les agents de la Fonction publique ont été invités à se mettre en grève le jeudi 31 janvier pour dénoncer l’impact de la politique d’austérité du gouvernement sur les services publics et la dégradation des conditions de travail et de rémunération des fonctionnaires. L’appel à la mobilisation a été relayé par les syndicats enseignants Snuipp-FSU et Snes-FSU.

Le Snuipp espère porter ainsi les revendications spécifiques des enseignants du premier degré comme la « réhabilitation des RASED pour l’aide aux élèves en difficulté » ou le report de la réforme des rythmes scolaires, tandis que le Snes entend dénoncer la dégradation de la situation des personnels du second degré : « multiplication des postes sur plusieurs établissements, augmentation du nombre de classes à prendre en charge du fait des réformes »…

Grève dans l’enseignement professionnel

L’intersyndicale composée des organisations SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNETAP-FSU, CGT éduc’action et SUD éducation entend, quant à elle, « faire de cette journée d’action un moment fort de mobilisation dans l’enseignement professionnel public« .

Elle estime en effet que certaines orien­ta­tions du pro­jet de loi d’orientation sur l’école « font peser de graves menaces sur l’enseignement pro­fes­sion­nel public ini­tial sous sta­tut sco­laire, sur les per­son­nels et sur les élèves ». L’intersyndicale reproche en particulier au projet de loi de ne pas remettre en cause la réforme du Bac Pro en 3 ans.