Le pédopsychiatre Marcel Rufo s’est dit « sidéré » par l’opposition des enseignants à la réforme des rythmes scolaires, comme l’atteste la participation massive à la grève de mardi : 78% des enseignants parisiens du primaire étaient en grève ce 22 janvier, selon le rectorat.

Dans un entretien accordé à La Provence et publié ce jeudi, Marcel Rufo estime que « donner aux enfants des capacités extrascolaires, à condition que les mairies en aient les moyens et la volonté, c’est essentiel. Le problème, c’est que dès qu’on touche au corporatisme des enseignants et aux petits conforts des parents, le drame est en route… ». Il rappelle que l’éducation n’est pourtant pas « peu dotée » par le gouvernement Hollande, avec 40.000 recrutements prévus dans les deux ans.

Marcel Rufo prône un « retour à l’enfant », qui doit être placé au coeur de la réforme, sans tenir compte des modifications que celle-ci pourraient entraîner dans les habitudes des adultes. Il apporte tout son soutien à Vincent Peillon, qui « s’appuie sur des recherches effectuées bien avant son arrivée ». « Dans ce pays, tout le monde se prend pour le ministre de l’Éducation ! C’est un métier impossible… » souligne le pédopsychiatre marseillais.