Rythmes scolaires : « Dès qu’on touche au corporatisme des enseignants, le drame est en route » (Marcel Rufo)

Marcel Rufo demande un "retour à l'enfant" dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, et se dit "sidéré" par l'attitude des enseignants.

Le pédopsychiatre Marcel Rufo s’est dit « sidéré » par l’opposition des enseignants à la réforme des rythmes scolaires, comme l’atteste la participation massive à la grève de mardi : 78% des enseignants parisiens du primaire étaient en grève ce 22 janvier, selon le rectorat.

Dans un entretien accordé à La Provence et publié ce jeudi, Marcel Rufo estime que « donner aux enfants des capacités extrascolaires, à condition que les mairies en aient les moyens et la volonté, c’est essentiel. Le problème, c’est que dès qu’on touche au corporatisme des enseignants et aux petits conforts des parents, le drame est en route… ». Il rappelle que l’éducation n’est pourtant pas « peu dotée » par le gouvernement Hollande, avec 40.000 recrutements prévus dans les deux ans.

Marcel Rufo prône un « retour à l’enfant », qui doit être placé au coeur de la réforme, sans tenir compte des modifications que celle-ci pourraient entraîner dans les habitudes des adultes. Il apporte tout son soutien à Vincent Peillon, qui « s’appuie sur des recherches effectuées bien avant son arrivée ». « Dans ce pays, tout le monde se prend pour le ministre de l’Éducation ! C’est un métier impossible… » souligne le pédopsychiatre marseillais.

7 commentaires sur "Rythmes scolaires : « Dès qu’on touche au corporatisme des enseignants, le drame est en route » (Marcel Rufo)"

  1. REALISTE  24 janvier 2013 à 22 h 13 min

    Bonsoir

    Je suis enseignant et j’ai eu l’occasion à plusieurs reprises de rencontrer des psychologues, un pédopsychiatre pour de enfants posant de très graves problèmes d’intégration scolaire : Troubles du comportement, agressivité vis à vis des autres enfants et des enseignants, etc. Je dois dire que j’ai souvent eu l’impression que ces personnes « qualifiées » étaient déconnectées de la réalité d’une classe et ne se rendaient pas vraiment compte de la violence infligée aux autres enfants et à l’enseignant par de tels enfants.
    Tout cela pour dire que le jugement de Mr Rufo sur les enseignants n’a pas en ce qui me concerne beaucoup d’intérêt.

    Bonne continuation.Signaler un abus

    Répondre
  2. Olivoile  25 janvier 2013 à 0 h 29 min

    Qui c’est ce Mr Rufo qui se permet de critiquer ainsi les enseignants ! Privilégié qu’il est de ne recevoir qu’un enfant à la fois alors que nous en gérons 30 pour des salaires de misère ! Qu’ il vienne une journée, une seule journée, dans une classe pour voir ce dont il s’agit !
    Il reprend ce slogan éculé du corporatisme : facile ! Il devrait savoir lui qui est psychiatre combien d’enseignants… combien… sont sur le bord de la route, car suicidés, en maison de repos, en hôpital psy ! Vos paroles, Monsieur, sont une honte à la démocratie… Vous abusez de votre statut. Le fossé se creuse entre les élites et la base… les serviteurs de terrain qui mouillent la chemise et qui sont déconsidérés ! Si vous croyez en la réincarnation Mr Ruffo, je ne souhaite qu’ une chose… que vous vous réincarniez en enseignant ! Olivier (instit de Bordeaux)Signaler un abus

    Répondre
  3. chapa  25 janvier 2013 à 12 h 49 min

    Monsieur Rufo est encore une fois à coté des ses pompes… Ce que justement les enseignants dénoncent c’est l’a peu près de cette réforme, c’est justement le fait que cette pseudo re-fondation qui dans le principe est excellente se termine en eau de boudin où les enfants seront les grands perdants… Il est dommage que ce médiatique expert ne connaisse pas plus ce dossier. En fait non, c’est pas dommage c’est juste normal, sa « notoriété » lui permettant de faire passer n’importe quoi pour une vérité absolue.Signaler un abus

    Répondre
  4. stevee59  25 janvier 2013 à 18 h 47 min

    1/ Est-ce qu’on s’occupe du corporatisme du corps médical auquel appartient M. RUFO ?
    2/ Les recherches en chronobiologie, il y en a eu en pagaille ! Chaque Ministre de l’EN trouve un chronobiologiste à la « mesure » de la réforme qu’il souhaite conduire !
    3/ Il ne me semble pas qu’il y ait urgence de refondre l’école ni pour les élèves ni pour le budget de l’Etat et des collectivités territoriales (en tout cas pas comme ça et pas sans négociation…)
    4/ Commençons par le commencement… Revoyons nos procédures pédagogiques… Mettons fin à la pédagogie frontale et tout ira mieux pour tous !Signaler un abus

    Répondre
  5. Dinde33  25 janvier 2013 à 18 h 49 min

    M. Rufo n’est pas enseignant, il est pédopsychiatre. Il rencontre des enfants en cabinet, quand il l’a décidé, à l’heure où il l’a décidé, au tarif voulu. Tiens, à propos, combien gagne-t-il M. Rufo ?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.