« Je n’ai quand même pas mis 60 000 postes sur la table pour être emmerdé après ».

Vincent Peillon cité par l’Express, 22/01/2013