Refondation de l’école : le projet de loi approuvé par le CESE, avec des « réserves »

Le CESE a rendu hier un avis globalement positif sur le projet de loi d'orientation et de programmation pour l'école, mais en a critiqué certains aspects.

Le projet de loi de refondation de l’école a été approuvé hier par le Conseil écono­mique, social et envi­ron­ne­men­tal (CESE), qui a toutefois émis quelques « réserves » sur le texte.

Le CESE, instance consultative composée de représentants sociaux, avait été saisi par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour donner son avis sur le projet de loi d’orientation.

Un avis « globalement positif »

Le rapporteur de l’avis, Xavier Nau, a émis une appréciation globale « positive », approuvant les grands axes développés par le texte qui correspondent à ce qui avait été préconisé en septembre 2011 par le CESE : donner la priorité à l’école primaire, restaurer la formation initiale des enseignants ou encore mettre véritablement en oeuvre le socle commun de compétences. Toutefois, le rapporteur a exprimé quelques « réserves » sur certains aspects du projet de loi.

Des « réserves » sur la formation continue et le plan numérique

Par exemple, la formation continue. « Une refondation de cette ampleur ne peut se faire sans effort massif de formation continue », a estimé Xavier Nau. Autant des mesures sont prévues pour la formation initiale (avec notamment la création des Espé), autant pour la formation continue, « nous n’avons pas d’éléments concrets permettant de juger de la crédibilité des efforts qui sont faits ».

Il s’est également montré plus mesuré sur les dispositions concernant le numérique à l’école. « Nous ne voulons pas que le numérique soit considéré comme la panacée », a-t-il indiqué, jugeant qu’il suffirait « d’avoir des outils dans les établissements : ordinateurs, tableaux numériques, espaces numériques de travail […] pour que les élèves réussissent. […] L’insistance mise sur le numérique pourrait laisser penser quelquefois qu’on oublie que ce qui est vraiment essentiel, même avec le numérique, c’est la présence humaine d’un adulte », a-t-il expliqué.

Xavier Nau a également émis une réserve « assez forte » sur l’enseignement moral, mettant en garde contre une dérive vers l' »enseignement endoctrinal ». Enfin, le rapporteur a regretté que rien dans le projet de loi ne traite « à proprement parler » de l’éducation prioritaire ni de mixité sociale, sinon « de façon incidente ». Il a notamment déploré le manque de mesures concernant la carte scolaire.

Un vote dont Peillon « se félicite »

L’avis de Xavier Nau a été adopté à 133 votes pour et 28 abstentions. Vincent Peillon s’est félicité dans un communiqué de ce vote qui « témoigne de l’adhésion de la nation à la prio­rité don­née […] à la jeu­nesse ».

Le projet de loi sera présenté en Conseil des ministres le 23 janvier.

Source(s) :
  • avec AFP

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.