Une tribune d’Emeline Bardou, psychologue praticienne (Structures médico-sociales (CMPP et SESSAD) et Docteur en Psychologie (Université Toulouse 2. Maison de la Recherche)

Les difficultés scolaires représentent des motifs de consultation de plus en plus fréquents en pédopsychiatrie. La démobilisation scolaire est un signe qui peut dévoiler la souffrance de l’enfant dont les causes sont multiples. L’objectif de cette recherche est d’identifier les processus psychologiques sous-jacents au phénomène de démobilisation scolaire et de mettre en avant les facteurs protecteurs du décrochage scolaire, en s’intéressant particulièrement à l’impact de l’estime de soi des adolescents.

L’estime de soi est une dimension essentielle de l’identité, qui renvoie à la valeur qu’un individu attribue à sa propre personne. L’échec scolaire peut être lié à une mauvaise opinion de soi, qu’elle en soit l’origine ou la conséquence. La démobilisation est à comprendre comme le signe d’une interrogation du sens de la scolarité par les adolescents renvoyant à la notion d’un processus psychologique qui désigne sur un continuum, la perte de sens et de valeur accordée à l’école et aux savoirs. L’échec scolaire ou bien le décrochage scolaire, représentant l’état final ou l’expression du processus de démobilisation.

Pour vérifier s’il existe un lien entre l’estime de soi de l’adolescent et sa mobilisation scolaire, nous avons fait passer deux échelles d’évaluation (estime de soi et mobilisation scolaire) auprès de 405 collégiens, en procédant à des entretiens et des analyses statistiques

Les résultats mettent en avant que l’estime de soi présente des effets protecteurs sur la mobilisation scolaire des collégiens. Plus l’estime de soi est élevée, plus la mobilisation scolaire est importante. Une faible estime de soi à l’adolescence serait donc associée à un décrochage scolaire prématuré.

En conclusion, les résultats de cette recherche nous amènent à penser que l’estime de soi constitue une dimension préventive de la démobilisation scolaire. Ils soulignent l’intérêt de considérer les facteurs psychologiques de la démobilisation scolaire en agissant sur le sens accordé à l’école et en revalorisant l’estime de soi afin d’éviter le passage à l’acte du décrochage scolaire, notamment auprès des élèves non-conformes aux normes scolaires.

Bibliographie

Bardou, E. Oubrayrie-Roussel, N. & Lescarret, O. (2012). Estime de soi et démobilisation scolaire à l’adolescence. Revue Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, Vol 60, N° 6, pp 435-440.

Bardou, E. & Oubrayrie-Roussel, N. (2012). Approche qualitative de la mobilisation scolaire : une question de sens. Psychologie et Education, 4, pp25-48

Coslin, P. G. (2003). Les conduites à risques à l’adolescence. Paris. Armand Colin.

Charlot, B. (1997). Du rapport au savoir. Paris : éditions Economica.

Harter, S. (1995). Comment se forge l’image de soi chez l’adolescent. Dans M. Bolognini, B. Plancherel, R., Nunez et W. Bettschart (dir.). Préadolescence, théorie, recherche, clinique (pp. 73-85). Paris : ESF.