Le Monde publiait samedi le témoignage d’un proche de Vincent Peillon, selon lequel le ministère de l’Education nationale pourrait « faire un effort » pour la revalorisation salariale des enseignants du primaire.

Alors que son projet de décret sur les rythmes scolaires vient d’essuyer les rejets consécutifs du CSE et du CTM, Vincent Peillon a fait un geste en direction des enseignants en intégrant dans leur temps de travail annuel les heures de préparation et de concertation. Ce geste a été salué par les syndicats, pour qui la reconnaissance du temps de travail invisible des enseignants était une revendication de longue date.

Selon Le Monde, une autre exigence syndicale pourrait bientôt être satisfaite, celle de la revalorisation salariale. « L’entourage de M. Peillon » a en effet indiqué au quotidien que le ministère pourrait « faire un effort » pour les professeurs des écoles, qui « font très peu d’heures supplémentaires et n’ont pas autant d’indemnités que ceux du second degré ». Le Monde précise toutefois que le ministère refuse de lier cet « effort » à la réforme des rythmes scolaires à l’école primaire, prévue pour la rentrée 2013.