Pour protester contre la réforme des rythmes scolaires à l’école primaire, le Snuipp-FSU, le SE-Unsa, SUD-Education, la CGT-Educ’action, le Snudi-FO et la CNT-Ste ont appelé les enseignants parisiens à se mettre en grève le mardi 22 janvier.

Manifestations contre la mise en oeuvre de la réforme en 2013

Suite aux propos tenus par le maire de Paris, Bertrand Delanoë, qui a annoncé le 10 janvier son intention de mettre en place dès la rentrée 2013 le retour à la semaine de 4,5 jours, les organisations syndicales ont décidé d’un appel à la grève collectif. Dans un communiqué commun publié le 11 janvier, elles estiment que « ce projet de réforme n’est pas acceptable. Il dégrade les conditions de travail et d’emploi de tous les personnels, […] ne comporte aucune amélioration des conditions d’apprentissage des élèves et ne garantit en rien leur réussite scolaire ».

« C’est pourquoi les organisations syndicales […] appellent les enseignants parisiens à la grève le mardi 22 janvier 2013, pour manifester notre opposition au projet de réforme sur les rythmes scolaires« , annonce le communiqué, invitant également les professeurs « à participer aux AGs d’arrondissements », « à participer à l’AG parisienne de grève le mardi 22 janvier 2013 », et « à engager des démarches auprès des parents d’élèves (lettre, pétition…) ».

Le communiqué n’indique pas les lieux et heures de la manifestation, qui seront précisés « ultérieurement ». Lors de cette manifestation, une délégation demandera à s’entretenir avec Bertrand Delanoë.

« 101 interpellations pour l’école »

Le Snuipp-FSU a également appelé à une journée d’action nationale le 23 janvier, durant laquelle « 101 interpellations du ministre » sont prévues, sur différentes problématiques comme la carte scolaire, l’avenir des RASED ou les conditions de travail des enseignants.