Dans un communiqué publié jeudi, Sciences Po Paris a annoncé l’ouverture de la nouvelle procédure de recrutement du futur directeur de l’établissement. Les dossiers de candidatures doivent être envoyés « avant le 31 janvier » 2013 à Jean-Claude Casanova, président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP).

Un appel à candidatures « largement ouvert »

Les postulants à la succession de Richard Descoings devront, dans une note jointe à leur dossier de candidature, présenter leur « motivation pour le poste et [leur] projet pour Sciences Po ».

Si l’appel à candidatures est « largement ouvert », les candidats devront « bien connaître Sciences Po, et en particulier ses évolutions récentes », « disposer d’une bonne capa­cité de mana­ge­ment », « connaître le monde universitaire national et international », « témoigner de [leur] intérêt pour les disciplines enseignées à Sciences Po et d’une large compréhension des enjeux de la recherche dans les sciences sociales ».

Un dispositif de sélection plus transparent

L’ancien dispositif de sélection ayant été vivement critiqué pour son opacité, une nouvelle procédure se voulant plus transparente a été mise en place. Les dossiers de candidature seront désormais examinés par un comité unique, dont la composition a été rendu publique. Parmi ses 10 membres, on trouve la procureure générale honoraire près la Cour des comptes, le président du conseil de direction de l’IEP Paris, deux présidents ou anciens présidents d’établissements internationaux, l’ancienne directrice de l’Inra, ainsi que des représentants des salariés, des étudiants, des professeurs et des maîtres de conférence.

Le comité proposera « au moins deux can­di­dats » au conseil de direction de l’IEP et au conseil d’administration de la FNSP. Ces instances « demeurent les seuls organes compétents pour désigner le directeur de l’IEP de Paris et administrateur de la FNSP », indique le communiqué.

Le gouvernement devra ensuite valider le choix des conseils de Sciences Po. L’établissement espère « par­ve­nir à la dési­gna­tion du suc­ces­seur de Richard Descoings avant la fin mars 2013 ».

En novembre dernier, Geneviève Fioraso avait refusé de nommer Hervé Crès, administrateur provisoire sélectionné à l’issue d’une procédure de recrutement contestée. à la tête de Sciences Po Paris. En attendant un nouvel appel à candidatures, la ministre de l’Enseignement supérieur avait désigné Jean Gaeremynck, conseiller d’Etat, comme nouvel administrateur provisoire.