Rentrée des classes : comment remotiver ses élèves ?

Manque d’enthousiasme, inattention, bavardages… Après quinze jours de vacances et au lendemain des fêtes de fin d’année, certains élèves ont encore la tête ailleurs. Comment les stimuler et leur redonner le goût d’apprendre ? Témoignages et conseils de spécialistes.

Daniel Favre

Daniel Favre

« La reprise n’est jamais facile : ni pour les élèves, ni pour les profs ! », reconnaît Amandine, enseignante de français dans un collège francilien. Mais au bout de quelques jours, « chacun retrouve vite un rythme de croisière », constate-t-elle. Myriam, professeur d’anglais dans un collège de la région Rhône-Alpes, reconnaît que le retour en classe est délicat, mais elle veut nuancer : « je trouve les classes plus difficiles juste avant les conseils de classe, car c’est toujours un moment de stress et de tension. Ensuite, on travaille mieux et dans une meilleure atmosphère. »

Prendre en compte la charge émotionnelle

Daniel Favre, docteur en neurosciences et professeur des universités en sciences de l’éducation à l’IUFM de l’Université Montpellier 2, explique pourtant que la charge émotionnelle des congés de fin d’année ne doit pas être négligée : « les vacances de Noël laissent de bons ou de moins bons souvenirs. Quoiqu’il en soit, cela doit faire l’objet d’un partage social, car un trop-plein d’émotions nuit à l’apprentissage ». Auteur de « Cessons de démotiver les élèves« , Daniel Favre conseille aux enseignants de consacrer 5 à 10 minutes le jour de la rentrée pour que les élèves verbalisent leurs émotions : « s’ils ont trop de souvenirs à faire partager, cela va parasiter la relation pédagogique. Il faut donc restaurer ce que je nomme la “motivation de sécurisation” », c’est-à-dire faire en sorte que l’élève se sente dans un environnement connu et stable avant d’aborder de nouveaux savoirs. Une méthode dont se sert déjà Myriam : « A la rentrée, je commence par leur souhaiter une bonne année et j’échange cinq minutes avec eux sur leurs vacances, puis je redémarre sur des réactivations faciles de choses étudiées juste avant les vacances. » Un moment propice pour présenter la feuille de route jusqu’à la fin de l’année scolaire et amener ainsi l’élève à se projeter : « le jour de la rentrée, on peut très bien faire le point en réutilisant une évaluation du 1er trimestre, afin de voir avec l’élève ce qu’il sait faire et ses axes de progrès. »

« Enseigner c’est allumer un feu »

Daniel Favre préconise également de solliciter ce qu’il appelle “la motivation d’innovation”  afin d’éveiller l’intérêt des élèves : « Comme le disait Aristophane, enseigner ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu. Il s’agit donc pour les enseignants d’embrayer avec une énigme, une surprise ou un document déconnecté du cours. Par exemple, un prof de mathématiques peut aborder le théorème de Thalès par le biais de l’anecdote célèbre sur sa rencontre avec un pharaon qui lui demande de calculer la hauteur d’une pyramide avec un bâton. On peut se servir de cette histoire pour demander aux élèves comment ils auraient procédé à la place de Thalès… » Selon ce spécialiste, les enseignants doivent revenir de congés avec une mallette pleine d’énigmes à résoudre afin de ne pas tomber dans la routine.

Davantage d’évaluations formatives

Daniel Favre souligne aussi que le meilleur moyen de remotiver ses élèves est de ne les évaluer que lorsqu’ils sont exercés. Il s’inscrit dans la proposition d’André Antibi, professeur et directeur d’un laboratoire de didactique à Toulouse, d’établir « un contrat de confiance » avec l’élève : « cela peut demander du temps mais il faut savoir en sacrifier au début car c’est en perdre pour en gagner. L’usage du contrôle noté reste excessif en France. Tout ce temps pourrait servir à un temps d’accompagnement des élèves durant la période délicate de l’apprentissage. Il faudrait moins de contrôles où l’erreur est comptabilisée et plus d’évaluations formatives ». Sans déroger au contrôle noté, Myriam a trouvé un compromis avec ses élèves : « Je leur demande s’ils préfèrent une évaluation avant ou après les vacances. On vote… et la plupart préfère avant pour ne pas avoir de travail pendant les congés. Le fait de choisir les met dans de bonnes conditions. »

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.