Le réchauffement de l’Antarctique, deux fois plus rapide que prévu, inquiète les chercheurs

Une étude publiée dans la revue "Nature Geoscience" révèle que l'Antarctique se réchauffe deux fois plus vite que ce qui avait été calculé. Une situation qui suscite l'inquiétude des chercheurs et des écologistes.

L’Antarctique se réchauffe deux fois plus vite que ce qui avait été initialement prévu par les scientifiques, et la hausse des températures y est en moyenne trois fois plus rapide que dans les autres régions du globe. Voici le constat alarmant dressé par une étude américaine, publiée le 24 décembre dernier, dans la revue Nature Geoscience.

L’Antarctique n’est pas épargné par le réchauffement

Pour David Bromwich, du Byrd Polar Research Center de l’Université de l’Ohio, l’un des auteurs de l’étude, « l’Antarctique occidental est l’une des régions qui changent le plus rapidement sur Terre, mais c’est aussi l’une des moins connues ». La température y aurait augmenté de 2,4 ° depuis 1958. « C’est une nouveauté importante, a estimé Jean Jouzel, climatologue, car dans le dernier rapport du Giec de 2007, on disait que l’Antarctique était une des seules régions qui ne se réchauffaient pas. Et évidemment, cela avait été utilisé par les climato-sceptiques ».

Conséquence de ce réchauffement rapide, la fonte de la couche de glace – dont l’épaisseur atteint par endroit les 4 000 m – qui aurait déjà diminué de 65 milliards de tonnes par an depuis le début des années 90.

Une étude qui préoccupe scientifiques et écologistes

« Jusqu’à présent, on pensait que le phénomène de la fonte des glaces en été n’existait pas dans l’Antarctique. Mais, selon l’étude, il y aurait aussi de la fusion dans une moindre mesure », a souligné Jean Jouzel.

« Nos relevés suggèrent qu’un réchauffement estival continu dans cette région pourrait perturber l’équilibre de la calotte glaciaire, ce qui pourrait entraîner une contribution encore plus forte à l’élévation du niveau des mers », a indiqué David Bromwich.

Une étude « très inquiétante » pour Anne Valette, chargée de campagne Climat/Energie à Greenpeace France. « Les conséquences, en termes de masse d’eau, seraient sans commune mesure avec l’Arctique », a-t-elle affirmé.

Pour David Bromwich, cette étude met aussi en lumière « la nécessité d’un réseau d’observation météorologique fiable, afin que nous puissions savoir, avec plus de certitude, ce qui est en train » de se produire dans l’Antarctique et pourquoi. L’actuelle station de Byrd, implantée en Antarctique occidental depuis 1957, n’a fourni que des relevés incomplets du fait de pannes de matériel et de plusieurs périodes d’inactivité. L’équipe de David Bromwich s’est basée sur des modèles informatiques pour reconstituer les données manquantes.

Source(s) :
  • ouest-france.fr, rfi.fr, jolpress.com

6 commentaires sur "Le réchauffement de l’Antarctique, deux fois plus rapide que prévu, inquiète les chercheurs"

  1. soundoffreedom  27 décembre 2012 à 12 h 55 min

    qu’en est il de la température de l’eau ?
    n’y a t-il qu’un réchauffement de l’air ou aussi de l’eau ?
    pour que le constat soit complet il serait bon d’aller voir ce qui se passe sous l’eau….mais ce genre d’expédition doit couter un bras et nos gouvernements ne semblent pas vouloir d’expertises plus poussées dans le domaine..Signaler un abus

    Répondre
  2. tyiarkx  27 décembre 2012 à 13 h 01 min

    Qui se préoccupe encore de l’écologie sur notre planète ? Nous sommes en train de scier la seule branche sur laquelle nous pouvons vivre et on s’en fout car l’écologie ça ne rapporte pas d’argent. Affligeant et Désolant. Ce n’est pas la planète bleue que nous laissons à nos enfants mais plutôt une poubelle.Signaler un abus

    Répondre
  3. barry  27 décembre 2012 à 13 h 11 min

    Mes félicitations et bon courage aux Scientifiques du monde entier qui travaillent sans relâche pour le bien-être de notre jolie planète … Il est souhaitable que les Gouvernements du monde pensent à doter d’urgence ces braves gens des moyens financiers nécessaires pour leurs permettre de lutter contre ces dangers… Merci.Signaler un abus

    Répondre
  4. ISALABELLE  27 décembre 2012 à 14 h 03 min

    Faites réagir les politiques. Obligez-les à prendre en compte l’avenir de la planèteSignaler un abus

    Répondre
  5. oustal  27 décembre 2012 à 16 h 13 min

    Pourquoi tant de bla bla pour ce réchauffement de la banquise et ne pas interdire les brise-glaces qui font les passages pour les milliers des bateaux de croisière ?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.