La Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) a estimé vendredi que les maires qui n’adopteront la semaine de 4,5 jours dans le primaire qu’en 2014, « par choix » et non par nécessité, devront être sanctionnés.

« Il n’est pas ques­tion [de repousser la réforme à 2014] par choix, sinon nous appel­le­rons à sanc­tion­ner les maires aux élec­tions de 2014« , a indiqué le président de la FCPE, Jean-Jacques Hazan pendant une conférence de presse.

Le décret fixant les modalités de la réforme des rythmes scolaires dans le primaire doit être examiné le 8 janvier au Conseil supérieur de l’éducation (CSE). « Dans ce décret, nous sou­hai­tons que seuls ceux qui ne peuvent pas et qui le prou­ve­ront, qui expli­que­ront pour­quoi, puissent avoir une déro­ga­tion, et faire attendre les enfants encore un an », a également affirmé Jean-Jacques Hazan.

Le premier ministre Jean-Marc Ayrault avait annoncé jeudi que les collectivités revenant à la semaine de 4,5 jours à la rentrée 2013 bénéficieront de 50 euros par élève (90 euros pour les communes en difficulté). En revanche, il avait souligné que les mairies appliquant la réforme en 2014 ne les toucheront pas, mais que les communes les plus en difficulté pourront solliciter une aide de 45 euros par élève, même si « même si elles ont déjà béné­fi­cié de l’aide l’année pré­cé­dente ».