« On a 50.000 postes qui vont permettre d’appliquer la réforme [des rythmes scolaires]. On ne va quand même pas demander la tête du ministre ni se mettre dans une posture de conflit pour le plaisir. »

Frédéric Sève, secrétaire général du Sgen-CFDT, Les Echos, 23/12/2012