Dans un communiqué publié hier, l’APSES fait part de sa satisfaction. L’Association des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales se félicite « du double engagement que vient de prendre Vincent Peillon concernant les SES au lycée : la mise en place d’un groupe de travail afin d’alléger les programmes de première et terminale dès la rentrée 2013, puis leur réécriture dans le cadre démocratique et pluraliste du Conseil supérieur des programmes pour les rentrées 2015, 2016 et 2017″.

Le ministre de l’Education nationale a en effet fait état jeudi 13 décembre sur France Inter d’une réécriture complète des programmes de lycée.

Marjorie Galy, présidente de l’association, évoquait déjà de façon positive, dans l’entretienqu’elle nous avait accordé, l’annonce de la Dgesco au Conseil supérieur de l’Education du 22 novembre, confirmant que les programmes de SES seraient revus pour la rentrée 2013.

Urgence pour les terminales ES

L’association déplore cependant dans son communiqué que rien ne soit fait pour les élèves actuellement en terminale ES. Elle estime qu’ »il n’est pas trop tard pour retirer 3 chapitres, non pas du programme, mais de l’évaluable au baccalauréat. »

L’APSES fait part également des résultats de l’enquête qu’elle avait lancée le 7 décembre auprès des professeurs de SES. A ce jour, 20% des enseignants de SES y ont répondu et « 94% des répondants déclarent être favorables à des allégements du programme de terminale à la rentrée 2013 ». Par ailleurs, « 82% souhaitent un allégement dans l’urgence par suppression de chapitres évaluables au baccalauréat dès cette année ».

Après l’allégement des programmes d’histoire-géographie, les professeurs de SES obtiendront-ils à leur tour très vite gain de cause ?