Lionnel Luca, député UMP, a déposé une proposition de loi pour permettre le recrutement des Assistants de prévention et de sécurité (APS), installés dans les collèges et lycées sensibles pour lutter contre la violence scolaire, « parmi les retrai­tés des pro­fes­sions issues de la fonc­tion publique liées à la sécu­rité » : gendarmes, policiers, militaires, sapeurs-pompiers…

Le texte précise que cette disposition permettrait « à des per­sonnes com­pé­tentes de for­mer les jeunes sur­veillants qui sont aujourd’hui bien sou­vent désar­més devant tant de vio­lence« , ceci « dans le cadre du cumul emploi-retraite« .

Le député UMP Benoist Apparu, qui a cosigné la proposition de loi avec d’autres élus de droite, a précisé qu’il ne s’agissait « pas de rem­pla­cer tous les APS par des retrai­tés des forces de l’ordre« . Mais un jeune « avec une for­ma­tion som­maire », susceptible de se retrouver « face à des situa­tions dif­fi­ciles », et un retraité n’ont pas « la même expé­rience, ni la même auto­rité », a-t-il expliqué.