Vincent Peillon veut donner un grand coup d’accélérateur au développement du numérique à l’école. Il présentera cette après-midi son plan, qui se divise en plusieurs axes : raccordement des zones rurales au très haut débit, production de ressources pédagogiques et formation des profs.

Le ministre souhaite en effet que les enseignants, qui utilisent « le numérique chez eux pour préparer les cours », puissent être formés pour l’utiliser aussi en classe avec leurs élèves.

A ce jour observe-t-il, la France est très en retard dans ce domaine.

« Il y a un décalage croissant entre la place du numérique dans la vie des jeunes et dans l’éducation », analyse également François Bonneau, vice-président de l’Association des régions de France (ARF), dans un article publié aujourd’hui sur lepoint.fr .

Un autre retard à rattraper concerne la « production pédagogique de logiciels numériques ».

Le numérique sera la base aussi d’une offre de soutien scolaire. 30.000 élèves de 6ème scolarisés en éducation prioritaire bénéficieront ainsi dès la rentrée 2013 d' »une offre numérique de soutien scolaire ».

En bref, Vincent Peillon estime qu’ »on n’est pas là pour s’abrutir devant des écrans », mais qu’il s’agit d’intégrer positivement et efficacement le numérique aux apprentissages.

Le projet de loi sur l’école prévoit la création d’un Service public de l’enseignement numérique et de l’enseignement à distance. Il va être examiné vendredi au Conseil supérieur de l’éducation (CSE). En tout, ce sont 10 millions d’euros pour le numérique à l’école qui sont prévus au budget 2013.