Suite à une audience au ministère de l’Enseignement supérieur, le syndicat FO émet de fortes inquiétudes quant au maintien à l’avenir du concours de l’agrégation.

Le syndicat en effet fait part de la question posée lors de l’audience le 30 novembre, par un membre du cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur :  « Est-ce que l’Education nationale a encore besoin de l’agrégation ? »

Pour le ministère en effet, le métier enseignant « est le même de la maternelle à la terminale » et le « master enseignant » prépare au métier d’enseignant, point. Des discussions sur la réforme de l’agrégation auront d’ailleurs lieu dès 2013.

« L’agrégation n’est jamais évoquée dans le projet de loi »

Force Ouvrière souhaite le maintien, en l’état, de ce concours de haut niveau. Or, des incertitudes planent : suite à l’audience, le syndicat a dans un tract daté du 6 décembre, souligné que « l’agrégation n’est jamais évoquée dans le projet de loi en date du 6 décembre 2012″. Elle n’est clairement pas intégrée aux discussions portant sur la formation des personnels enseignants et sur la mise en place des ESPE (Ecoles supérieures du professorat et de l’Education).

Faut-il en déduire que ce concours n’est pas évoqué parce que bientôt, il n’aura plus sa place dans le cadre de la formation et du recrutement des enseignants ?

Dans un tract et dans un courrier à Vincent Peillon, le syndicat demande que ce que contient le projet de loi sur l’agrégation soit retiré.

Le projet, explique le syndicat, propose en effet que le concours externe disparaisse pour en faire une sorte de « classe exceptionnelle » attribuée au « mérite ». Dans ce cas, fi du concours traditionnel, et surtout le danger que les masters enseignants ne se réduisent à des contenus professionnalisants, vidés des contenus disciplinaires.

« Est-ce que la logique des ESPE (Ecoles supérieures du professorat et d’éducation) serait de répondre à l’école du socle contenue dans le projet de loi de refondation de l’école afin de produire des professeurs de socle ? » demande le syndicat.