L’enquête internationale PIRLS 2011 (« Progress in International Reading Literacy Study ») mesurant les performances en lecture des élèves de CM1 dans 45 pays et dévoilée ce matin, « met en évidence l’échec des politiques [éducatives] menées depuis 2007 », affirme un communiqué du ministère de l’Education nationale. En effet, les enfants français obtiennent 520 points, un résultat plus élevé que la moyenne internationale (500 points), mais inférieur à la moyenne européenne (534 points).

L’enquête démontre notamment que le score des écoliers français est en baisse sur la compréhension des textes informatifs (-13 points par rapport à 2001) et sur les performances de lecture les plus complexes (-11 points), même si leur score global reste relativement stable (525 points en 2001). En outre, la proportion d’élèves français classés dans le quartile le plus faible reste importante (25 % contre 32 % en 2001).

L’étude montre également que les élèves français souffrent d’un défaut de confiance en eux, juge le ministère, puisqu’ils « sont toujours les plus nombreux à s’abstenir de répondre lorsque les réponses doivent être rédigées », et à « ne pas terminer les épreuves ».

« Plusieurs constats préoccupants ressortent de cette enquête, estime le ministère. La réforme des programmes, la semaine de quatre jours, l’assouplissement de la carte scolaire, la pression des évaluations n’ont pas permis les améliorations promises »

Ces résultats « confirment la pertinence des orientations présentées pour la refondation de l’école » écrit le ministère, citant notamment la « priorité » donnée au premier degré, « la réforme de la notation » et « l’amélioration des pratiques pédagogiques« .