L’enseignant de français charentais, suspendu à titre conservatoire hier pour avoir proposé à ses élèves de rédiger un devoir sur le suicide, a reçu le soutien de la FCPE et de l’Amicale des parents d’élèves. Les associations ont réclamé aujourd’hui dans un communiqué « son retour immé­diat à son poste pour le bien de nos enfants ».

Elles ont déploré un acharnement médiatique « déme­suré et inadapté » et affirment « sou­te­nir « tota­le­ment le pro­fes­seur de fran­çais incri­miné », dont les parents et les élèves « appré­cient les qua­li­tés ».

Un exercice « tout à fait dérangeant »

Le 22 octobre dernier, l’enseignant avait proposé à ses élèves de 3e d’écrire une rédaction en se mettant dans la peau d’un jeune sur le point de se suicider : « vous venez d’avoir 18 ans. Vous avez décidé d’en finir avec la vie. Votre décision semble irrévocable. Vous décidez dans un dernier élan de livrer les raisons de votre geste. En dressant votre autoportrait, vous décrivez tout le dégoût que vous avez de vous-même. Votre texte retracera quelques événements de votre vie à l’origine de ce sentiment », demandait le sujet.

Le directeur académique, Jean-Marie Renault, avait décidé lundi, après avoir reçu l’enseignant, de le suspendre provisoirement. Il avait estimé que ce devoir « tout à fait déran­geant » était bien « une mise en situa­tion de suicide«