Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a demandé à tous les ministères d’apporter leur soutien au ministre délégué à la ville, François Rémy, pour restaurer le service public à un niveau décent dans les quartiers populaires.

Les ministres sont invités à signer avec François Rémy des conventions fixant des objectifs concrets, afin de sortir les quartiers d’une « situation intolérable ». Pour le ministère de l’Education nationale, il pourrait notamment s’agir de fixer un taux de scolarisation des moins de 3 ans, ou encore un pourcentage de remplacement des professeurs absents.

« Le fait de signer des conventions crée des obligations »

François Rémy a rappelé que dans les 2.500 quartiers de France, les professeurs sont plus jeunes, les médecins moins nombreux et les policiers moins expérimentés. Il entend « faire remonter le droit commun » dans les banlieues sensibles, c’est-à-dire restaurer un niveau de service public équivalent à celui du reste du territoire français.

Mais le ministère de la Ville ne dispose que d’un budget de 505 millions d’euros, et nécessite donc pour cela l’aide de ses collègues. Il espère que le soutien du Premier ministre donnera plus de poids à son message, « et le fait de signer des conventions crée des obligations », observe-t-il. Ces conventions interministérielles seront signées au cours du premier trimestre 2013.

« Seul l’engagement de l’ensemble du gouvernement est de nature à inverser la spirale de la dégradation dans laquelle ces quartiers ont été entraînés », a souligné le Premier ministre dans une circulaire datée du 30 novembre.