Décrochage scolaire : Peillon présente son plan de lutte

Vincent Peillon a présenté mardi matin au micro de RTL ses principales mesures pour lutter contre le décrochage scolaire et "raccrocher" les jeunes sortis du système éducatif sans diplôme.

Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, a présenté mardi matin sur RTL les principales mesures de son plan de lutte contre le décrochage scolaire. Actuellement, sur les 140 000 décrocheurs identifiés, « nous sommes capables d’en raccrocher 9 500 », a-t-il indiqué. L’objectif du ministre pour 2013 est de parvenir à 20 000 jeunes « raccrochés ».

Des décrocheurs clairement identifiés

« Le gouvernement précédent – je lui rends hommage – a mis en place des plates-formes qui permettent d’identifier les décrocheurs », a déclaré Vincent Peillon. Ce sont « toujours les mêmes, ceux qui viennent déjà de milieux difficiles, se retrouvent sans formation dans un pays où le diplôme fait l’emploi », a-t-il déploré.

Le ministre va « travailler avec tous les acteurs de la lutte contre le décrochage – les régions, les plates-formes, les missions locales, les professeurs – pour mettre en place des propositions sur-mesure » pour rattraper les jeunes sortis du système scolaire sans diplôme, alors qu' »il y a des places vacantes dans les lycées professionnels » et « des entreprises qui n’arrivent pas à recruter ».

Il souhaite notamment « mettre en place un référent » dans chaque établissement, chargé d’identifier les jeunes qui « commencent à décrocher », et constituer « des ‘Réseaux objectif emploi’ qui vont regrouper les lycées et essayer de coordonner les places vacantes » dans les établissements. « Chaque jeune va être reçu individuellement et pourra signer un contrat ‘objectif emploi’ […] en lien, dans un certain nombre de cas, avec les entreprises », a précisé le ministre.

L’Onisep proposera également aux jeunes décrocheurs d’accéder, grâce à leurs mobiles, à « une carte des offres de formation géolocalisées », a-t-il indiqué.

Prévenir plutôt que guérir

Cependant, la lutte contre le décrochage scolaire doit surtout se faire en amont, a estimé Vincent Peillon, rappelant que « l’essentiel n’est pas de guérir, c’est de prévenir ». « L’école sacrifie et brutalise 25 % de sa jeunesse », a-t-il déploré, jugeant qu’il fallait corriger cela. « L’ensemble de ce que nous faisons » va dans ce sens, a déclaré le ministre. « Former les professeurs, mettre le paquet sur le primaire, utiliser les ressources numériques, améliorer les transitions entre école et collège, revaloriser les formations professionnelles… C’est ce que j’appelle la refondation républicaine de l’école ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.